Rouge de Pascaline Nolot

Rouge est sorti hier en librairie et vous pouvez donc dors et déjà vous le procurer ! Si vous n’êtes pas déjà convaincu.e par le résumé ou la couverture laissez moi vous donner un petit coup de pouce pour plonger sur ce roman qui mêle à la fois le conte, l’horreur et des thématiques tout à fait actuelles. Alors, ça vous tente ? C’est parti !

Résumé éditeur

Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois-Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups. C’est là que survit Rouge, rejetée à cause d’une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu’il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par le Mal. Lorsque survient son premier sang, les villageois sont soulagés de la voir partir, conformément au pacte maudit qui pèse sur eux. Comme tant d’autres jeunes filles de Malombre avant elle, celle que tous surnomment la Cramoisie doit s’engager dans les bois afin d’y rejoindre l’inquiétante Grand-Mère. Est-ce son salut ou bien un sort pire que la mort qui attend Rouge ? Nul ne s’en préoccupe et nul ne le sait, car aucune bannie n’est jamais revenue…

Mon avis

Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais mais certainement pas à cela. Et j’en suis ravie ! Ravie et toujours en train de cogiter sur ce que j’ai lu la veille au soir. Sachez que ce roman, à l’instar des dernières publications de Gulf Stream (Moitiés d’âmeBlé Noir, Ce qui coule dans nos veines) est plutôt sombre mais reflète avec brio des préoccupations contemporaines en versant un peu dans l’horreur et beaucoup dans le conte merveilleux. Âmes sensibles s’abstenir donc, tout comme les personnes particulièrement sensibles aux scènes de viol. En dehors de cela, Rouge est une pépite de l’imaginaire et je compte bien vous en convaincre.

« Au dessus de sa tête, colorant le ciel,
une aube nouvelle se levait. Rouge »

Rouge est une jeune fille dont l’enfance a été bercée de mauvais traitements, de moqueries, de rejets, jusqu’à son nom qui fut « vomis » et qui l’affublera toute sa vie durant de sa différence. Une marque cramoisie, du Diable dirons certains, de « pas de chance » diront d’autres, qui défigurent son visage et une partie de son corps. On l’a dit marquée depuis que sa mère, devenue folle pour avoir pactisé avec le Démon, l’a mise au monde. Elle est laide, et elle rappelle constamment à Gauvain, son père, qu’il a été cocufié par le mal. Rien dans son univers n’est joyeux en dehors de la compagnie de Liénor, un jeune homme particulièrement beau qui, au détriment de la vie de sa mère, s’acoquine avec la Cramoisie. Seule condition : pas le droit de toucher l’autre.

Dès le départ l’héroïne est donc martyrisée par la vie dans un village qui ne l’est pas moins, maudit par une sorcière, subsistant difficilement, et devant le tribut de jeunes femmes dès leur premier sang. L’ambiance est lourde, le mont Gris bordé d’une forêt inquiétante où se cache la Grand Mère accompagnée de ses loups. Vous l’avez la référence au Petit Chaperon Rouge ? Ce conte est l’un de ceux qui est le plus réécrit, il y en a eu des dizaines de films, des dizaines d’albums et romans et pourtant c’est celui-ci précisément qui pour moi est l’interprétation la plus juste et la plus sombre du conte de Perrault.

« Puis il n’y eut plus un bruit, excepté celui des mastications voraces. Incommodé par l’odeur de la mort qui viciait l’air jusqu’au firmament, la lune pâlit dans son croissant. Spectatrice involontaire du festin sauvage, elle ne pouvait détacher son éclat d’argent du cadavre dévoré, charpie rubis sur son linceul de nacre. »

Lorsque Rouge a ses premiers sangs et doit partir tout le monde fête son départ dans une liesse qui lui donne mal au cœur et qui m’a particulièrement dégoûtée. J’étais mal pour elle, pour cette jeune fille qui n’a rien fait à personne et qui se retrouve accusée de tous les maux. « Ne t’avise pas de faire demi-tour » lui lancera son propre père au visage. Et Liénor ? Liénor ne la regardera même pas partir, le visage baissé. Honteux ? Coupable ? Ou juste lâche ? La suite de l’aventure n’est pas plus rose que les premières pages, je dirais même que cela devient beaucoup plus sombre. On rencontre Chasseur, la Grand-Mère, un miroir magique et une histoire de beauté à conserver. On retrouve des créatures qui pourraient être monstrueuses si les humains ne l’étaient pas davantage. En bref on suit Rouge sur son long chemin de croix bordé d’épines, on la suit dans sa vengeance, dans sa douleur, dans sa honte, mais toujours dans son coeur de battante, celui qui veut connaître la vérité pour enfin crier à la face du monde le nom du véritable coupable.

Ce roman est un véritable plaidoyer pour une morale qui n’a jamais été aussi juste : ne vous fiez pas aux apparences. Les gentils ne sont pas toujours les bons, les mauvais ne sont pas toujours exceptionnellement méchants. L’intrigue est menée d’une main de maître – maîtresse devrais-je dire – de bout en bout et je me suis laissée surprendre plus d’une fois, en bien ou en mal. Je ne vous dirais pas que je n’ai pas éprouvé de dégoût. Dégoût pour ce « merci » craché au visage d’une femme après l’avoir violée. Dégoût pour la cruauté sans nom dont font preuve les gens envers ceux qui ne leur ressemblent pas. Et puis il y avait de la rage aussi, beaucoup. Je ne dirais pas non plus que j’ai passé un « bon » moment de lecture, que c’est un roman à mettre entre toutes les mains. Mais ce qui est sûr c’est que Rouge est un roman qui secoue avec une héroïne qui nous ressemble beaucoup.

« En fait, même si cela paraissait simpliste, presque bête, elle avait réalisé qu’il était bien plus aisé de s’accepter quand personne ne passait ses journées à se moquer de vous et à vous humilier. Il finissait même par vous venir des moments d’optimisme insoupçonné, à songer que peut-être vous n’étiez pas si défigurée, juste un brin tachetée, le sourcil à peine boursouflé… »

Certains passages m’ont semblé un peu plus long que d’autre notamment celui de la Grand Mère qui joue à la fois la figure de la « méchante », et la figure du guide lui donnant réponse et questions. Mais le tout est tellement bien écrit. Ce langage soutenu m’aurait presque fait pleurer de joie tellement ça faisait longtemps que je ne l’avais pas lu. Et ça collait tellement bien à l’ambiance que Pascaline Nolot a donné au roman, à mi chemin entre le conte cruel et l’horrifique. A mi chemin entre la morale et son absence. Je tire mon chapeau à tous les synonymes de Rouge : la Cramoisie, la Rougeaude, la rougeoyante, la vermeille, la… A chaque nouveau mot je souriais bêtement.

Enfin, les dernières pages sont à l’image de l’ensemble : surprenantes, défiant la « différence », rappelant de voir au delà des « apparences ». Cela aurait presque mérité qu’on s’y attarde davantage, quoique cela fait aussi le charme de ce personnage que l’on a mécompris…par les mêmes raisons que Rouge fut mécomprise. Alors, s’il y a bien des leçons que donnent ce roman je n’en retiendrai que quelques unes : soyez ouverts. Ouvert aux changements, ouverts aux autres, ouverts à vous-mêmes. Et surtout ne vous détournez pas. Ne vous détournez pas des larmes, des appels au secours, ne vous détournez pas de vous, ne vous détournez pas de ce qui fait de nous des êtres humains quand bien même les animaux le sont souvent plus que nous.

En résumé

Rouge est un coup de cœur magistral à la frontière du conte du Petit Chaperon Rouge magnifiquement et librement adapté, et de préoccupations toutes contemporaines : le consentement, la différence, la féminité, l’apparence… Ce roman est une véritable claque, sombre, cruelle, qui plonge héroïne et lecteur au cœur même du mal pour mieux lui faire apprécier la lumière et les aubes « rouge espérance ».

 

PS : que celles et ceux qui ont été dégoûté.e.s par l’enchaînement des chapitres 1 et 2 mais qui donnent parfaitement le ton au roman lèvent la main. *lève le bras tout entier*

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :