Soirée lunaire

Décalage. Toujours en décalage. J'écoute, je sens, je touche mais je ne suis pas là. Je suis un fantôme qui traverse le temps, l'espace et je papillonne à la recherche d'une lumière. La mienne est loin. Ma poitrine se tord de le revoir. Comme si respirer sans lui était devenu difficile. Impossible. Dépendance. Alors je... Lire la Suite →

Publicités

Toi, moi, lui et la fin du monde (ou l’histoire-qui-n’est-pas-écrite)

Une chaleur à crever. Et tout le monde qui panique parce que tout part à vau-l'eau. Et moi toute transpirante dans une robe blanche qui serait rendue transparente. Et toi en short et débardeur - du jamais vu - parce que comment tu pourrais jardiner, et bricoler et faire des étincelles avec des appareils dont... Lire la Suite →

Lonely night lights

Tu sais, parfois, le soleil s'estompe dans l'horizon, il n'y a plus rien que le silence. Le silence comme un geste ou un cri. Parfois il n'y a plus que les nuits froides et tristes d'un été solitaire. Tu distingues des rires qui te semblent familiers, des lumières venues d'un bar où la musique explose... Lire la Suite →

Trop Humaine : une nouvelle d’anticipation

Dans le cadre de mon Master on a dû faire un exercice vraiment sympathique : écrire une nouvelle de science-fiction. Pas dans n'importe quel cours, mais celui de révolution numérique avec un certain Stéphane Amiard, et quand celui-ci cite René Barjavel, Pierre Bordage (que tu as rencontré en vrai et à qui tu as tapé... Lire la Suite →

Le soir, la nuit, la fête

Le soir, la nuit, y a comme un truc. Il y a des cris dehors. Des cris qui fusent, d'un coup libérés. Des cris de jeunes un peu bourrés. Des cris qui disent qu'ils ont oublié. Oublié le monde, oublié les peurs. Des cris qui disent que la tension s'en est allé. D'un coup. Les... Lire la Suite →

Souvenirs-fantômes

Souvenirs-fantômes Une rose écarlate dans un jardin d'ombre et de feuillage en feuillage en feuillage le coeur dégringole. Des tables d'enfants qui sentent l'école, et le parfum des femmes aux seins trop lourds, et de loin en loin toujours les pleurs de ce saule qui balance ses bras. Sur le bitume. Tellement bas Que l'on... Lire la Suite →

Magnétique

Tes yeux bicolores comme deux éclats dans le noir. Un peu fous. Et ton rire qui éclate sur tous les murs. Des murs hauts que l’on pourrait peindre de mille couleurs. Tu serais la première à tracer tes maux à vif, de la couleur des maux du monde. Et tu danses, les rayons lumineux des... Lire la Suite →

Twenty years old, happy birthday

J’ai vingt ans. J’ai vingt ans. J’ai vingt ans. Ces trois petits mots qui tournent et tournent encore, comme une ancienne ritournelle à la Barbara ou à la Marilyn Monroe, Happy Birthday to you, mister president, happy birthday to you. J’ai vingt ans comme j’aurais pu en avoir dix, quinze ou trente, comme j’aurais pu... Lire la Suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑