Souvenirs-fantômes

Souvenirs-fantômes
Une rose écarlate dans un jardin d’ombre et de feuillage en feuillage en feuillage le coeur dégringole. Des tables d’enfants qui sentent l’école, et le parfum des femmes aux seins trop lourds, et de loin en loin toujours les pleurs de ce saule qui balance ses bras. Sur le bitume.
Tellement bas
Que l’on s’y love.

Souvenirs-fantômes
Le corps vole, et la jupe flotte, instant de grâce éphémère où l’enfant défie l’apesanteur, dégringole. Des cris d’enfants qui respirent la rage, et le rire trop grave de femmes aux seins découverts, et de pire en pire toujours les pleurs de ce saule qui étend ses bras. Plus loin. Sur le bitume. Tellement loin
Qu’on les lui coupe.

Souvenirs-fantômes
S’être senti d’un coup à découvert, le corps nu sous des yeux qui n’auraient jamais dû rien voir. Et ces mains sur ma peau de l’inconnu. Douleurs fantômes d’un cauchemar qui se joue sous les paupières éveillées. Et ce saule qui a disparu, plus d’endroit où se cacher car même dans les ombres, la haine vient te chercher.
Toujours.

Souvenirs-fantômes
De ta main dans la mienne, de nos doigts glissant sur les cheveux, les épaules et les corps. De nos secrets glissés sur l’oreiller tels des trésors qui embaument des parfums de fierté et d’espoir. Et mon cœur qui se sert de ne plus jamais te revoir. Et tu pars, et tu t’éloignes emportée au hasard.
Loin, très loin de nos histoires.

Souvenirs-fantômes
De ces assemblées où tous se réunissaient, Noël, jour de l’an peu importait. L’idée fictive de n’être qu’une seule et même famille, oublier les rancœurs et les rancunes, les colères et déprimes. Et sentir tous ces liens se déliter, et grandir.
Grandir. Et comprendre.
Et…

Souvenirs-fantômes
Ton premier sourire, interface virtuel de nos premiers échanges, ta voix rauque dans mon oreille qui chuchotait, chuchotait, chuchotait. Et mes cauchemars qui s’effritent sous tes miracles, et mes lèvres qui s’étirent et s’étirent encore.

Avoir dans le cœur ces images,
Les sentir s’émanciper, prendre le large,
Floues, disparues, oubliées,
Idées fantomatiques de rêves brisés,
De cauchemars émiettés
Souvenirs-fantômes
Souvenirs.
Fantômes.

Qui te hantent.

Qui te tordent.

Qui te bercent.

Les souvenirs-fantômes sont des berceuses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :