Les Neiges de l’éternel de Claire Krust

Après les lectures très agréables de L’envolée des Enges et Les Secrets d’Eole, j’ai pu lire le recueil de nouvelles Les Neiges de l’Eternel en poche en bénéficiant de l’opération presse « retour vers le futur » des éditions ActuSF. Cette opération nous permet de relire un de leur titre paru précédemment et d’en faire la chronique. Je les remercie pour l’envoi du service de presse !

Résumé éditeur

Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur. Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

Mon avis

Les Neiges de l’Eternel n’est pas un recueil de nouvelles comme les autres puisque toutes se trouvent liées par une trame invisible. Dans chaque nouvelle on retrouve le personnage clé d’une autre et on en découvre plus sur son passé ou son futur ce qui donne à ce recueil une impression de fresque voire même de background. Souvent on trace le chemin des personnages, on l’esquisse, on sait qu’un tel est passé par tel royaume, vient de tel milieu familial, a grandi de telle façon, et est arrivé à ce point du récit en passant par tel ou tel nœud de l’histoire. C’est comme si Claire Krust nous donnait accès à tout ce travail d’écriture mais d’une manière romancé et lisible, et c’est quelque chose que j’ai beaucoup aimé, cette immersion totale dans un univers et ses personnages.

J’ai préféré certaines nouvelles à d’autres, notamment la toute première qui reste ma préféré avec le personnage de Yuki. On y suit une jeune fille de haute noblesse dans le japon féodal. Fille d’un Daimyô, son frère est en train de mourir, et toute la fortune de la famille ne suffit pas à trouver un guérisseur capable de le guérir. N’écoutant que son courage, Yuki franchit les portes de leur donjon et part à la recherche de celui qu’on dit capable de guérir tous les maux. Bien que je l’ai trouvée assez facile dans sa construction, certaines scènes étaient touchantes et puissantes, et toutes les traditions associées au japon y étaient très présentes.

Pour autant le format de la nouvelle n’est pas vraiment quelque chose qui me convient, je trouve que l’univers n’est ainsi pas assez décrit et il y demeure nécessairement des trous dans le scénario. Avec Les Neiges de l’Eternel ces trous sont en partie comblés par d’autres nouvelles ce qui rend l’ensemble plus cohérent mais aussi plus passionnant !

Ainsi j’ai adoré suivre le personnage de Yuki, mais aussi celui de Seimen, le fils du guérisseur que l’on voit dans la première nouvelle mais aussi dans la dernière. Le folklore japonais y est aussi très présent notamment avec les esprits, les yokai et les fantômes qui font partie intégrante des contes et légendes asiatiques. Suivre les fils du destin, comprendre la trame au fur et à mesure m’a rendu extrêmement curieuse et même si certaines histoires m’ont moins plu, je voulais découvrir quels impacts elles allaient avoir sur les autres. Le fait qu’elles ne figurent pas dans un ordre chronologique peut aussi un peu perturber et je ne comprends pas bien ce choix, mais cela rend le jeu de piste presque plus intrigant et on se laisse facilement prendre à tenter de retrouver tous les tenants et aboutissants du scénario.

On retrouve avec plaisir l’écriture de Claire Krust, fluide mais aussi emprunte d’une certaine forme de violence et de poésie. L’univers qu’elle dépeint est d’ailleurs assez sombre puisqu’on y croise aussi bien des prostitués, des morts que des fantômes, en somme des trucs pas très réjouissants. Mais aussi l’humanité. L’humain face à la mort, la naissance, les miracles et ses peurs. Tout comme dans le dyptique de L’Envolée des Enges, Claire Krust trouve le prétexte de la fantasy et du fantastique pour nous conter une autre histoire, celle de l’être humain, face à lui même mais aussi à l’invisible.

En résumé

Les Neiges de l’Eternel est un recueil de nouvelles intéressant qui se sert de ce format pour nous conter une histoire plus complexe qu’elle n’y paraît. En mêlant aussi bien les légendes du japon féodal que les problématiques humaines, Claire Krust signe un ouvrage sombre mais aussi plein de poésie.

Un commentaire sur “Les Neiges de l’éternel de Claire Krust

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :