Swimming Pool de Sarah Crossan

Sarah Crossan, traduite par Clémentine Beauvais, est une « valeur sûre » pour avoir sous la dent des romans à l’écriture soignée et une histoire touchante. J’avais eu un gros coup de coeur pour Inséparables, son premier roman, contant le destin de deux soeurs siamoises. J’en avais même pleuré. Il était impensable que je passe à côté du second.

Résumé éditeur

Kasienka est polonaise et elle vient d’arriver en Angleterre avec sa mère. Mais la vie ici n’a rien d’une vie rêvée. Heureusement, il y a la piscine, il y a l’eau. Et dans l’équipe de natation, il y a William.

Mon avis

« Une poussière glacée emplit ma bouche.
De souvenirs
D’hiver.

On contemple le ciel nocturne.
On mange notre repas de neige. »

Il n’y a pas trente six manières d’aborder les romans de Sarah Crossan, et la meilleure reste pour moi son écriture. Des vers tout en finesse, où chaque coupure est travaillée avec soin. On goûte les mots du bout des lèvres et chacun d’entre eux résonne avec justesse à l’intérieur de nos têtes. C’est comme le tintement d’une cloche, ou un coup sec sur les cymbales d’une batterie. On les entend beaucoup plus fort, beaucoup plus loin, beaucoup plus longtemps. Paradoxalement ce rythme haché ne nous rend la lecture que plus aisée, rapide, un souffle interminable que l’on ne peut plus retenir et qui s’échappe. A nous de courir à sa suite, désespérément accrochés aux lettres et aux vers, à ces chapitres qui se succèdent.

Pourtant, les romans de Sarah Crossan ne sont pas que des jolies phrases, de magnifiques emballages, un packaging, c’est aussi un bonbon sucré, acide ou amer. Au goût de larmes et d’espoir.

« Impossible de réparer Mama.
Tato a volé
Des fragments
D’elle,
Et maintenant elle est
Toute fendillée
Toute morcelée
Toute émiettée. »

L’histoire que l’autrice nous conte est celle de l’immigration. Immigration par devoir, fuite ou amour, peu importe, elle reste souvent la même : douloureuse, un arrachement, un déchirement, qui vous déloge de votre univers pour vous placer dans un autre où vous n’avez manifestement pas votre place. Et il faut la créer. Kasienka est une jeune adolescente polonaise qui se retrouve propulsée du jour au lendemain dans une Angleterre humide et froide, placée dans une classe de « petits » parce qu’elle ne parle pas bien l’anglais. Pourtant elle est douée, pour les mathématiques, la chimie et même la natation. Ça c’est la seule chose qu’elle peut pratiquer partout de la même façon. Aux sempiternelles remarques désobligeantes des autres adolescentes qui s’apparentent souvent à du harcèlement, s’ajoutent le silence de sa mère et la disparition de son père.

La raison pour laquelle il est parti on ne l’apprend finalement que bien plus tard, et on ne peut s’empêcher de ressentir cette trahison désagréable que ressent Kasienka. Pourtant, et malgré le fait que certaines phrases m’aient énormément touchée, je n’ai pas réussi à m’attacher à la jeune adolescente. J’ai trouvé que l’on ne s’attardait pas assez sur certaines choses, le roman allait beaucoup trop vite alors que j’aurais préféré qu’il prenne son temps, rentre plus profondément dans certains sujets et me fasse vivre une histoire à fleur de peau. Malgré tout, je pense que c’est également dû à cette lecture incroyable que j’avais faite de Inséparables et où Sarah Crossan me faisait passer du rire aux larmes, de l’angoisse à la tendresse. Je me sentais plus proche des siamoises alors que je n’aurais pas pu être plus éloignée d’elles, à la différence de Kasienka. C’est donc finalement une petite déception en regard de cette lecture, mais une bonne lecture tout de même.

En résumé

En choisissant encore une fois d’aborder un sujet fort peu traité en littérature jeunesse et adolescente, Sarah Crossan frappe fort. Impossible de ne pas être touché par le destin de Kasienka et les vers de l’autrice, formidables jeux de reconstitution où chaque mot a autant d’importance que des phrases entières.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :