Gypsy de Steven Brust et Megan Lindholm

J’ai demandé ce roman en service de presse à sa sortie en juin 2021. Vous dire que je suis en retard est un euphémisme. Il faut dire que ces temps ci je n’ai pas une minute à moi et que les romans que j’ai reçus cet été forment une jolie pile. Pourtant à l’intérieur, on trouve de très jolies pépites comme ce roman, Gypsy, de Steven Brust et Megan Lindholm aka Robin Hobb. Plus ça va, plus j’aime la plume de cette autrice sous ce nom, Megan. Des récits un peu moins versé dans la fantasy mais qui explorent d’autres genres comme la science fiction, le fantastique, l’étrange.

Résumé éditeur

Dans la ville américaine de Dakota, Mike Stepovitch, un policier divorcé, s’approche dangereusement des rives de la dépression. Lorsqu’il découvre des victimes assassinées dans le sillage d’un gitan amnésique, il croit tenir son coupable. Pourtant, des événements surnaturels le font douter. Alors que le gitan recouvre peu à peu la mémoire, Stepovitch comprend que ce dernier sera son seul allié pour combattre l’étrange magie qui frappe les habitants de la bourgade. Il lui faudra se tenir aux portes du Monde d’en bas, un univers de ténèbres dont la menace hante sa petite ville si paisible…

Avec Gypsy, écrit dans les années 90, ces deux auteurs majeurs de l’imaginaire nous proposent un roman crépusculaire où le fantastique rime avec thriller et magie. Leurs talents respectifs font de ce titre l’un des plus représentatif du courant littéraire qui s’épanouit depuis ces années : la fantasy urbaine.

Mon avis

Dans un premier temps et parce que nous sommes, en grande majorité, assez superficiels en bons bibliophiles, j’aimerais revenir sur la qualité esthétique de l’ensemble des ouvrages chez Mnemos. Chapeautés par l’Atelier Octobre Rouge pour la plupart de ceux dans ma collection, le choix des illustrateur.ice.s est remarquable ainsi que la qualité éditoriale : correction impeccable, aisance à la lecture remarquable, et les rabats ! Ça apporte tout de suite une touche d’élégance 😉

Mais parlons un peu moins de l’extérieur et un peu plus de l’intérieur. J’ai pris ce roman parce que j’étais attirée par son côté fantasy urbaine, (sa couverture uhuh), mais aussi par le résumé qui promettait quelque chose oscillant entre thriller et magie. Pour le côté thriller…je ne dirais pas que s’en était un. Il y a bien entendu une enquête policière, des meurtres, mais ils sont tellement imprégnés de magies, de croyances gitanes, de métaphores, que ça a légèrement cassé le côté angoissant et psychologique du thriller à mes yeux. A savoir que ce n’est pas un mal, j’ai plutôt apprécié cet envahissement du folklore, mais ne le prenez pas simplement pour son côté policier 😉

Au début de cette aventure j’ai été quelque peu perdue. A bien des égards, il m’a un peu rappelé une autre sortie Mnémos, Délius une chanson d’été de Sabrina Calvo avec son côté…étrange et décalé. Je ne m’y connais absolument pas en folklore gitan, je ne pourrais pas donc pas vraiment dire si celui-ci s’en inspire, si certaines créatures mentionnées en sont directement tirées, toujours est-il que les auteurs m’ont donc littéralement plongée dans une mythologie inconnue faite de tirage de cartes, de métaphores, de tissage le tout baignant allégrement dans le sang et l’épouvante.

Ce qui m’a perdue au départ c’est le côté assez terre à terre de Mike Stepovitch et tout l’étrange de l’autre, les deux mondes semblaient coexister sans vraiment se croiser, ce qui rendait la lecture difficilement compréhensible. Et puis au fur et à mesure des rencontres on arrive à identifier chaque personnage, à comprendre la lecture des cartes des voyantes et comment les fils s’entremêlent. Alors accrochez-vous !

Comme indiqué dans le résumé nous suivons un flic chevronné, Mike Stepovitch, auquel on a assigné un bleu, Durand qui lui donne du « Step » à tout va et qui le met hors de lui. Tous les deux sont à la recherche d’un gitan ayant été aperçu sur les lieux d’un crime, pourtant, lorsqu’ils le trouvent et finissent par l’enfermer, Mike pressent que quelque chose ne va pas. Il correspond parfaitement à la description du meurtrier…mais ce n’est pas lui. Malheureusement le gitan quasi amnésique, aux propos étranges et au regard vague ne lui sera pas d’une grande aide. Tandis qu’il essaye de démêler les fils de cette histoire et s’enfonce un peu plus dans le sordide et l’étrange, Csucskari tente de se rappeler sa mission : vaincre la Belle Dame et la renvoyer dans le monde d’en dessous avant qu’elle ne contamine celui-ci.

Au programme ? De l’étrange avec une Belle Dame aux frontières des mondes, les pieds enfoncés dans le feu, en proie à la colère et à la jubilation ; des créatures bizarres et effrayantes ; un Cocher, une Chouette, un Corbeau, une Colombe, un Loup, tous avec des majuscules, tous métaphoriques, tous missionnés pour accomplir leur destin ; de la musique aussi, tambourin, violon, le claquement des doigts, les pieds qui dansent ; un couteau, artefact ancien ; une enquête, alors que tout comme Stepovitch on se débat pour démêler la vérité derrière les masques ; des tirages de carte funestes ; une fratrie déchirée…

En résumé

Il y a beaucoup de choses dans ce roman. Des choses belles, des choses moches, de l’amour et de la colère, de la noirceur et de la lumière. Des créatures venues d’un autre monde, trois frères pour accomplir un destin, un Cocher pour les y conduire, et tout cela enveloppé dans une mythologie, un folklore « gypsy » où les flics sont des Loups, et l’antagoniste une Belle Dame. Réduire ce titre à une simple fantasy urbaine serait lui rendre assez peu justice ; il y a, au delà de tout ceci un imaginaire incroyable, une ambiance qui vous colle à la peau même une fois le livre refermé. A mes yeux c’est un petit OVNI, au même titre que Délius, une chanson d’été de Sabrina Calvo alors que l’étrange explose aux frontières du réel, aux portes des Mondes.

Pumpkin Autumn Challenge : menu Automne des Mystères, catégorie « Les Ruines de l’Atlantide » pour les mots clés mythe et légende.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :