Une histoire des loups d’Emily Fridlund

Un roman Gallmeister dont, pour une fois, je ne sais pas très bien quoi penser. Souvenez-vous (dans l’épisode précédent ahah) j’avais adoré Dans la Forêt de Jean Hegland, Sauvage de Jamey Bradburry et dernièrement Betty de Tiffany McDaniel. Je suis subjuguée, la plupart du temps, de la façon dont les auteurs et autrices arrivent à nous faire rentrer dans leur histoire, par des personnages forts, puissants et des textes comme des coups de poing. Celui-ci est différent. En grande partie parce que je pense ne pas avoir tout compris. En grande partie parce que je pense qu’il ne fallait pas tout comprendre.

Résumé éditeur

Madeline, adolescente un peu sauvage, observe à travers ses jumelles cette famille qui emménage sur la rive opposée du lac. Un couple et leur enfant dont la vie aisée semble si différente de la sienne. Bientôt, alors que le père travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper du garçon, de passer avec lui ses après-midi, puis de partager leurs repas. L’adolescente entre petit à petit dans ce foyer qui la fascine, ne saisissant qu’à moitié ce qui se cache derrière la fragile gaieté de cette mère et la sourde autorité du père. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Mon avis

J’ai pas tout compris. Voilà. Et autant, dans certains romans, je me laisse porter avec plaisir par les incohérences, les surprises, les loufoqueries, autant dans celui-ci j’ai souvent perdu le fil de l’histoire pour me perdre dans les pensées de Madeline. Madeline a 15 ans quand Patra, Léo et Paul, la famille de l’autre côté du lac, viennent s’installer. Mais elle est plus âgée dans elle nous raconte cette histoire, les souvenirs sont flous, lointains, et se mélangent allégrement, sautant d’événements en événements, de phrase en sentiments, de ressentis en doutes. La narration s’ancre parfaitement dans ce décor d’une mémoire émaillée, sautillante, éreintante. Fatigante aussi, pour son lecteur qui se sent tour à tour perdu ou mené en bateau. C’est cette narration qui m’a aussi perdue. D’autant plus qu’il semble y avoir différentes trames s’entremêlant : la mort de son professeur d’histoire, la venue d’un autre aux histoires douteuses, sa fascination pour Lily, son amourette avec un homme plus tard, qui la traîne à quatre pattes, un collier autour du cou…. et au milieu de tout cela, cette relation aux Gardner qui revient la hanter de manière sporadique.

Tous ces éléments m’ont désemparée, certaines de leurs allusions ne sont restées que cela alors que je sentais bien qu’elles signifiaient quelque chose que je n’ai malheureusement pas su atteindre. Au delà de mon désarroi, le roman nous plonge dans le décor du Minnesota, de ses grands lacs qui gèlent l’hiver et de ses forêts sombres. La façon dont l’autrice dépeint ce petit coin du monde me fait penser qu’il y a puisé toute son inspiration et son talent se fait d’ailleurs finement ressentir dans chaque description de ces lieux tantôt lumineux et foisonnants, tantôt obscures et effrayants. C’est en suivant Madeline, dans son canöe sur le lac, derrière ses jumelles, dans ses balades et ses promenades avec ses chiens, que nous nous immergeons pleinement dans les paysages qui l’entourent et c’est pour moi un des nombreux points forts du roman.

Le second point fort, et qui m’a tenue en haleine tout le long du roman, celui pour lequel j’ai persévéré, c’est le pourquoi. Pourquoi Paul meurt-il ? (aucun spoil c’est dans la première page du roman). Que lui arrive t-il ? Quel est le rôle de Madeline dans la fin tragique de ce petit garçon de 4 ans capable d’imaginer des stations spatiales dans des bouts de cailloux, de vous émouvoir d’un regard, ou de vous énerver avec son air sentencieux…ou pire, de vous effrayer avec des phrases apprises par cœur qui parleraient de Dieu et d’une certaine vision de Lui ? Que vient faire Patra dans cette région reculée, en face de sa cabane, elle qui a la vie aisée des citadins ? Que cache Léo, ce père qui nous met indubitablement mal à l’aise ? Parce que le malaise, lui, est bien présent. Une ambiance pesante, malaisante, mauvaise. Parce que tout est annoncé, mais l’autrice arrive avec brio à nous faire ressentir les émotions contradictoires de Madeline.

Le fait que je me sentais moi même toujours en tension entre le « je m’ennuie » et le « ça m’intéresse », le « je comprends rien » et le « continue, continue, continue », perpétuellement sur le point de lâcher prise, toujours retenue par une phrase, une remarque, une soudaine poésie, une avancée macabre. Sur le fil du rasoir. Ma chronique lui ressemble un peu, entre jaillissement et critique, émerveillement et désarroi. Alors oui ce roman fait quelque chose à son lecteur, ou à sa lectrice ne l’occurrence. Il titille, attise la curiosité. Il pique aussi, nous apprend beaucoup, notamment sur le pouvoir des sectes religieuses outre Atlantique, leur poids dans la société, la difficulté d’en sortir, leur absence de repentir et les difficultés de la justice à se prononcer quant à leur sort.

En résumé

Une histoire des loups est un roman étrange, captivant à sa manière, mais terriblement lent et déstabilisant. On y fait la connaissance d’une adolescente un peu sauvage et solitaire, des lacs et des forêts glaciales du Minnesota, d’une plume incroyablement vive sur les paysages mais à la narration saccadée, qui m’a perdue de nombreuses fois. Pourtant c’est un roman dans lequel on reste ancré et qui fait réfléchir longtemps, qui nous parle des hommes loups et du pouvoir effrayant de la religion. Un thriller psychologique, un drame familial enraciné dans la tourmente adolescente.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :