Le chant du coucou, le chant de la folie…

Le chant du coucou est un des nombreux romans de Frances Hardinge, auteure que je découvre pour la première fois. Et j’ai…pris mon pied. Oui c’est sans doute l’expression qui convient. Et il va être très difficile de parler de ce roman sans trop en révéler.

Mon résumé

Quand Triss se réveille à l’hôpital des suites d’une noyade dont elle aurait réchappé, elle sait que quelque chose ne va pas. Oh tout semble être à sa place : ses parents sont aux petits soins pour elle, sa sœur la déteste, et elle se souvient d’à peu près tout ce qui s’est passé avant. Ça oui. Mais avoir une faim tellement épouvantable qu’elle vous fait manger comme quatre, que vous vous réveilliez avec des brindilles plein la tête, et que votre sœur ne vous déteste pas mais qu’elle aie PEUR de vous, là, il y a comme un petit quelque chose qui cloche.

Mon avis

Le chant du coucou est une superbe découverte dont je vais me souvenir longtemps. Il est imprégné désormais d’une sorte d’aura ténébreuse et innocente, d’horreur et de fascination, de tendresse et de dégoût. Curieux mélange n’est ce pas ? Sans doute parce qu’ici tout est un peu mélangé, mais chaque dosage effectué avec justesse, chaque scène parfaitement découpée, parfaitement équilibrée, chaque personnage longuement étudié.

Les personnages : véritable fresque arachnide

Triss a 11 ans. Elle a toujours été l’enfant choyée. Elle ne supportait pas quelque chose ? Elle devait être malade, il fallait la protéger. Elle aimait davantage une gouvernante qu’une autre ? Il fallait renvoyer la première de peur qu’elle vole aux parents l’amour que la petite fille leur portait. Si adorable. Si douce. Pas un mot de travers.
Tout le contraire de sa petite sœur Pen, 9 ans : curieuse, aventurière, casse-cou, bagarreuse, qui accumule bêtise sur bêtise dans le vain espoir qu’on la regarde un peu. Mais qui n’évoque pour ses parents que lassitude, regret. Alors Pen en a marre. Et quand on lui propose de passer un pacte avec le Diable, elle accepte sans hésiter, quitte à le regretter amèrement par la suite.

Ce qui est absolument remarquable dans ce roman c’est que chaque personnage fait partie d’une immense fresque, tous liés les uns aux autres par des souvenirs, des actes manqués ou des secrets.

Il y a les parents, Piers et Céleste Crescent, les coqueluches d’Elchester depuis que le père, ingénieur, a inventé de nombreux trésors architecturaux dans la ville, la rendant « visible » aux yeux du monde. Riches, beaux, instaurant des sourires de façade et des bonheurs factices, épuisant Triss à coup de maladies imaginaires, se lassant de Pen et de son inconformité.

Il y a Sébastian, le grand frère perdu à la grande guerre, que Triss n’est pas sûre d’aimer, mais qui possède son propre espace, une chambre laissée là, impeccable, exempte de tous défauts, sauf peut-être ces lettres qui arrivent chaque soir et dont Triss découvre l’existence par hasard. Toutes de son écriture, alors qu’il est mort, mort à 16h30 sous la neige.

Il y a Violet Parish, celle qui côtoie la vie mondaine avec son franc parlé et son faux accent anglais. Cette femme volcanique qui semble extorquer de l’argent aux Crescent mais que Pen connaît bien, qui l’entraîne dans un univers où tout est plus vif, plus vrai, plus réel. Violet, la fiancée de Sébastian qui partout où elle va sème un curieux hiver.

Et puis il y en a plein d’autres : Monsieur Grace, le couturier qui lui n’a pas peur de nourrir Triss de dizaines de beignets et de lui faire écouter du jazz, cette musique « populaire » ; l’Architecte, ce personnage effrayant revêtu d’un manteau gris qui le rend presque flou et qui semble passer des marchés à gogo. Et tant d’autres qui ça et là tissent une toile gigantesque dans laquelle les deux petites filles ont bien du mal à se débattre.

Parce qu’avant d’être une aventure effrayante et pleine de danger. C’est surtout une aventure humaine. Une histoire de jalousie, de peur, et d’amour. Une histoire de sœurs séparées d’un fossé immense, coupées l’une de l’autre par des parents trop présents. Une histoire de deuil que l’on refuse de faire quel qu’en soit le prix. Une histoire de famille avec ses parties déchirées, ses morceaux mal recollés.

Une ambiance sombre tel un conte macabre d’Edgar Allan Poe

Je donne d’emblée l’exemple d’Edgar Allan Poe, non pas pour la poésie même si Le chant du coucou n’en est pas exempt, mais surtout pour l’ambiance de ses contes macabres. Nous ne sommes pas, ici, dans de l’horreur pure, de l’horreur gore, de celle qui fait hurler et se cacher sous sa couette. Mais dans ce genre d’histoire teintée de mystères sombres, de créatures effrayantes, et d’une certaine forme de magie. La tension monte petit à petit, lentement, puis de plus en plus vite, à mesure qu’un compte à rebours est lancé. 7 jours. Pourquoi ? Comment ? Nous l’ignorons dans un premier temps mais il est ici, jour après jour, de cette petite voix perfide qui lui fait le décompte, que Triss entend tous les matins sans parvenir à la saisir.

Et puis il y a la folie qui semble s’emparer d’elle, insidieuse et perfide. D’abord ce sont ses faims abominables qui lui feraient manger n’importe quoi, même des pommes pourries tombées de l’arbre. Ensuite ce sont ses réveils, la tête pleine de brindilles, le sol couvert de terre alors que la porte est restée fermée. Puis ce sont les poupées, qui dès qu’elle s’approche d’elles se mettent à bouger…

« La scène tenait du rêve, une scène absurde mais lourde d’un sens aussi inquiétant qu’insondable, quand le familier devient étranger. D’un coup le monde avait tout de la mauvaise maladie ».

Triss croit devenir folle. Mais, et s’il y avait une autre raison ? Une raison encore plus étrange et bizarre ? Une raison que seule Pen connaîtrait ? Une raison cruelle mais qui expliquerait tout ? Triss part en quête de vérité, en quête de l’impensable et de sa propre identité, seule contre toute une ville. Seule ? Pas tout à fait, mais ça ce sera à vous de le découvrir…

« Les feuilles dans mes cheveux, la boue par terre dans ma chambre – ce n’est pas moi qui les ai apportées du dehors. Et ce n’est pas Pen qui les a répandues.
Elles sont moi. »

Le mot de la fin

Le chant du coucou m’a absolument fascinée. Il m’a prise aux tripes. La tension était telle que je m’agrippais littéralement aux pages ! Et je sentais chaque mot gonfler et gonfler encore et encore, prendre toute la place à mesure que j’avançais dans l’histoire, à mesure que l’auteur semblait avoir planté ses griffes à l’intérieur de mon coeur.

À tous les fans de Poe, des contes horrifiques et des histoires brillamment menées, lisez-le !

Publicités

2 commentaires sur “Le chant du coucou, le chant de la folie…

Ajouter un commentaire

    1. Il y a toujours un contexte à une lecture qui fait que telle ou telle chose va avoir plus ou moins d’impact. Moi je sais que j’étais presque dans une bulle, et je dévorais page après page à l’instar presque de Triss et de sa fin dévorante, pour essayer de comprendre. Et mon chéri m’a interrompu peut-être 50 à 70 pages avant la fin, ce qui m’a laissée dans l’expectative pendant au moins deux heures ! Et je ne voulais qu’avoir la fin, savoir ce qui se passerait ^^ Je pense que cette pause a joué pour beaucoup dans cette espèce de frénésie que j’ai ressenti ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :