A Darker Shade of Magic de V.E. Schwab

Ça y est ! Deux ans après avoir lu le premier tome je finis enfin la trilogie « A Darker Shade of Magic » avec son duo improbable, sa magie, son univers aux trois Londres, sa noirceur mais aussi sa poésie, ses combats…Un coup de coeur ! 🙂

J’avais déjà chroniqué le premier tome dans un autre article, je ne vais donc pas les chroniquer un par un mais plutôt essayer de donner un avis global à la série pour que vous visualisiez à peu près dans quoi est-ce que vous vous embarquez. Sans spoils !

Avant toute chose, voici le résumé du tome 1 tel que je l’avais écrit il y a deux ans :

Mon résumé

Kell est un Antari, il peut créer et traverser des passages entre les différents Londres. Il est l’un des seul être au monde capable de le faire. Au service de la couronne du Londres rouge par laquelle il a été adopté, Kell transporte leurs courriers entre les Londres et se livre à quelques activités clandestines de contrebande.

Holland, l’autre Antari, est esclave du Londres blanc, asservi par les terribles jumeaux Dane contre lesquels il s’était battu pour occuper le trône.

Le Londres rouge est le seul à bénéficier encore de toute sa splendeur mais aussi le premier à avoir fermé ses portes pour endiguer la contamination laissant le soin aux autres de continuer à se battre. Mais cela a attiré bien des convoitises…

Lila, la seconde héroïne arrive dans l’histoire comme un boulet de canon. Terriblement confiante, intrépide, courageuse, elle désespère de partir à l’aventure. Voleuse, proche de la cleptomanie, elle croise le chemin de Kell et lui vole une mystérieuse pierre noire : un objet corrompu venu du Londres noir et qui donne des pouvoirs prodigieux à ceux qui la détienne…non sans conséquence ! Ils vont se lancer tout deux au péril de leur vie dans une mission suicide : ramener la pierre dans son Londres d’origine, au risque de ne plus jamais revenir…

Mon avis sur la série

A Darker Shade of Magic se décompose en trois tomes : Shades of Magic, Shades of Shadows et Shades of Light qui ne peuvent pas se lire indépendamment. Le premier tome a une fin assez ouverte qui vous permet de ne pas lire la suite, par contre un conseil, si vous avez le tome 2… Procurez-vous le tome 3. La frustration serait terrible ! Ayant enchaîné les trois tomes, la frontière entre chaque est assez flou, mais la construction de la trilogie est véritablement très intéressante.

V.E. Schwab développe un univers construit comme un mille-feuille avec quatre Londres. En effet, si chaque univers s’est construit autour d’une même capitale, les royaumes ou empires sont totalement différents. Le Londres gris ressemble à notre Londres actuel, quoique à une époque antérieure, dépourvu de magie, pluvieux, monotone, c’est de ce monde que provient Lila. Le Londres rouge ressemble plutôt à un Londres féerique, magique, aux couleurs chatoyantes dont la Tamise se pare des reflets rouges de la magie, vivante et vibrante. Le Londres blanc quant à lui a perdu toutes ses couleurs, et ses habitants sont assoiffés de magie, dévorant le sang des cadavres pour s’en gorger, il est brutal et angoissant. Le dernier, le Londres noir, a été consumé par la magie, l’équilibre a été rompu entre le vivant et le pouvoir. C’est un Londres oublié, dont on a refermé tous les accès pour ne pas que les autres Londres soient corrompus. Kell est un Antari, un être dont la magie est extrêmement puissante et qui peut contrôler les cinq éléments, allant même jusqu’à pouvoir maîtriser l’os, un pouvoir qui lui permet de manipuler le corps de ses adversaires. Toutefois il n’existe que très peu de ces magiciens.

Si le premier tome se concentrait sur les aventures de Kell et Lila, ensemble, comme un duo improbable et électrique, le second va les voir se séparer et on les suivra dans leurs aventures respectives. J’avais aimé le premier pour son tandem, et j’ai adoré le second pour leurs âmes solitaires. Le troisième est plus complexe, plus sombre aussi, avec ses quelques touches de lumière, un combat contre la magie même qui les fera s’allier avec des personnages improbables. Shades of Shadows (le second) est cependant de loin mon préféré pour trois raisons.
La première c’est qu’on explore davantage l’empire d’Arnes du Londres rouge, ce qui nous permet enfin de sortir d’un huit clos un peu étouffant dans le premier tome. Embarquée à bord d’un navire, accomplissant ainsi son rêve d’enfant Lila devient le Sarod, la meilleure voleuse de la Flèche noire. Son personnage prend de la maturité, s’ouvre aussi un peu plus, et montre davantage de tendresse. C’était inattendu et vraiment très bien retranscrit. Je respirais l’air marin au même moment qu’elle.

La seconde c’est qu’on y croise beaucoup plus de personnages que dans Shades of Magic, sans pour autant qu’ils ne perdent en profondeur et ça c’était tip top. Mention spéciale pour le personnage d’Alucard que j’ai vraiment adoré et pas seulement à cause de sa rom… mmh. On a dit sans spoil non ? 🙂

« L’amour et la perte sont comme un bateau et la mer, déclara Tieren en passant un doigt dans sa barbe. Ils s’élèvent ensemble. Plus nous aimons, plus nous avons à perdre. Le seul moyen d’éviter la perte est d’éviter l’amour. Mais le monde serait alors bien triste. »

La troisième c’est la relation entre Kell et Rhy. Dans le premier tome celle-ci n’est finalement retranscrite qu’à travers le regard de Kell. Frères, protecteurs, amis, les deux hommes ont fait les 400 coups ensemble mais Kell n’a jamais oublié qu’il ne faisait pas partie de la famille Maresh et il le ressasse sans arrêt. Même alors que Lila lui fait remarquer qu’il devrait arrêter de se plaindre d’avoir une famille qui le protège et subvient à ses besoins. Dans Shades of Shadows, reliés d’une manière quasi indestructible (vous verrez comment), les deux frères semblent réellement soudés et cette tendresse fraternelle était magnifie à lire. J’ai adoré ! Et puis on voit pour une fois au delà des caprices du prince royal et ça fait du bien : non Rhy n’est pas seulement une tête de mule égocentrique.

Indéniablement c’est donc pour le second tome que  j’ai eu un vrai gros coup de cœur mais toute la série est vraiment belle, profonde et magique. On ressent bien évidemment son caractère un peu « young adult » mais moi c’est aussi quelque chose que j’aime chez les éditions Lumen dans leurs +12 ans. On se retrouve avec des personnages à fleur de peau, bourrés d’émotions mais aussi chacun avec leur petit caractère qui ne les rend que plus attachants !

En résumé

Gros coup de cœur pour cette trilogie de fantasy (pour lire 1903 pages en trois jours il faut au moins ça) avec ses personnages attachants et singuliers, son univers fascinant et pour les relations, tendres, violentes ou fraternelles qui m’ont plusieurs fois émue. Une trilogie à lire (ou à relire) ! 😀

4 commentaires sur “A Darker Shade of Magic de V.E. Schwab

Ajouter un commentaire

  1. A relire pour moi ! C’est l’une de mes séries littéraires préférées et j’ai aussi une légère préférence pour le second volume. J’aimerai les relire pour savourer encore la plume de l’autrice. ♥️

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :