La Trilogie d’Hiver tome 1 : L’Ours et le Rossignol de Katherine Arden

Je vous avoue que je veux lire cette trilogie depuis siiii longtemps ! Le prétexte du #challengesfff d’évasion littéraire dont la thématique du mois de février est le froid et les mythologies nordiques, associé à la sa présence dans la bibliothèque où je travaille, m’ont fait craquer. Je l’ai lu en lecture commune sauvage avec d’autres membres du challenge mais peu ont aimé…alors que pour moi c’est quasi un coup de coeur !

Résumé éditeur

Au plus froid de l’hiver, Vassia adore par-dessus tout écouter, avec ses frères et sa soeur, les contes de Dounia, la vieille servante. Et plus particulièrement celui de Gel, ou Morozko, le démon aux yeux bleus, le roi de l’hiver. Mais, pour Vassia, ces histoires sont bien plus que cela. En effet, elle est la seule de la fratrie à voir les esprits protecteurs de la maison, à entendre l’appel insistant des sombres forces nichées au plus profond de la forêt. Ce qui n’est pas au goût de la nouvelle gemme de son père, dévote acharnée, bien décidée à éradiquer de son foyer les superstitions ancestrales.

Mon avis

Je suis rentrée dedans comme dans du beurre, avec délice et onctuosité. Il faut dire que j’avais les pieds et les mains gelées sous ma couette, comme d’habitude, ce qui collait parfaitement aux premières pages de ce roman glacial. Nous commençons donc notre approche de la Russie et de son folklore par un contre, celui que Dounia raconte aux enfants sur la demande de Marina, celle qu’elle a élevée. Le conte du roi d’hiver, Gel ou Morozko, charrie un vent de magie et de neige, mais aussi une forme de mise en garde si on y prête suffisamment attention…

Nous allons ensuite nous en éloigner un peu pour plonger corps et âme dans une Russie pétrie de traditions et de préjugés, notamment à l’égard des femmes qui doivent surtout se taire, essentiellement enfanter, avant tout se marier. Ce qui n’est guère au goût de la jeune Vassia, qui préfère de loin grimper aux arbres, manger des gâteaux au miel et visiter les écuries de son père. Livrée à elle-même alors que son frère et sa soeur sont envoyés au loin, par conviction ou mariage, la jeune fille développe une sensibilité exacerbée aux êtres de la Rus’ profonde et de sa forêt, et partage avec eux son pain et son eau quand il le faut. D’ailleurs, tous le font plus ou moins par superstition ou croyance.

Bientôt pourtant, la venu de sa belle-mère, fille du Tsar, que l’on dit folle et d’un prêtre dévot, feront basculer tout l’équilibre du village dans lequel elle a grandi et l’entraîneront dans les ténèbres les plus sombres et froides. Les morts se réveilleront, les petits être protecteurs perdront de leur éclats, et les ombres couvriront les murs des maisons et les recoins du coeur. Un sacrifice que Vassia n’est pas prête à faire mais comment parviendrait-elle a se battre dans cette Russie si prompte à abandonner ses traditions ? comment pourra t-elle se faire entendre malgré son statut de femme ? Et enfin, qu’est ce qui fait d’elle un être si exceptionnel ? Autant de questions qui ne trouveront que leurs réponses dans le roman.

Pour ma part j’ai adoré ma lecture. Plongée à ras le bord dans la neige, j’entendais presque les branches d de la forêt craquer. J’ai eu envie d’étrangler certains personnages quand d’autres m’ont émue. La vision des femmes a été la plus compliquée à surmonter bien que l’époque à laquelle elle semble se dérouler n’y est pas pour rien. Vassia est l’une des rares à sortir du lot et s’assumer telle qu’elle est, tandis que son frère est le seul homme à ne pas désirer la changer si ce n’est pour la protéger du regard des autres. J’ai trouvé sa relation avec Irina, sa demie-soeur, très tendre et touchante, ainsi que son envie irrépressible de « bien faire » quoiqu’il arrive, avec un sens profond de la justice. La dernière partie boucle sur la première et nous offre pléthore de créatures du folklore russe sous nos yeux émerveillés. Je trouve que Katherine Arden a très justement dosé son roman entre le folklore russe et ses changements profonds, son héroïne Vassia, et le reste des personnages que l’on voit finalement peu individuellement. On devine une Russie en pleine évolution à travers le village de la jeune fille, et c’est finalement un petit témoignage de la déchéance de toutes les mythologies : grecques, romaines, celtiques, nordiques, etc. Le foklore se perd dans la modernité, et le christianisme, qui abhorre ce genre de choses, et L’Ours et le Rossignol nous permet d’y goûter une dernière fois avant un hiver sans fin.

En résumé

L’Ours et le Rossignol fut une excellente lecture, à la frontière d’une Russie en devenir, moderne et christianisée, et la Rus’ profonde, avec ses forêts sombres, son froid terrible et ses créatures de folklore. Un roman d’ambiance qui nous entraîne lentement mais sûrement dans son conte éveillé aux accents glacés, porté par une héroïne pleine de fougue et d’envie de vivre, seule à pouvoir apercevoir les esprits protecteurs de sa maison et à les comprendre. J’ai très hâte de lire la suite !

4 commentaires sur “La Trilogie d’Hiver tome 1 : L’Ours et le Rossignol de Katherine Arden

Ajouter un commentaire

  1. Ce bouquin, et un retour quasi unanime de la part de la blogo, me font très définitivement envie, mais je crois que je vais me réserver la trilogie pour l’automne/hiver prochain ^^

    J’aime

    1. Figure toi que pour l’avoir lu en Lecture commune, tous les membres de la blogo ne sont pas unanimes, je suis même une des seules de la LC à avoir kiffé ma lecture x) Mais clairement je le conseille ne serait-ce que pour le folklore russe dont nous avons si peu de livres !

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai adoré ce premier volet tout comme la série intégrale. L’auteure dépeint avec poésie un magnifique hommage aux folklore russe et à ses paysages si froids et hostiles dans lesquels j’ai adoré m’évader !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :