Binti : La Mascarade Nocturne de Nnedi Okorafor

Binti est une trilogie de novellas écrites par Nnedi Okorafor et rassemblé en deux volumes chez ActuSF. Ils réunissent Binti, Binti : le retour et Binti : La Mascarade Nocturne. Vous pouvez retrouver sur le blog la chronique de la première partie juste ici. Nnedi Okorafor a également écrit des romans, nouvelles et récits comme Kabu Kabu (recueil de nouvelles), Qui a peur de la mort ? ou encore Akata Witch. Je les ai tous chroniqués.

Dire que j’aime cette autrice est donc un euphémisme. La question c’est le pourquoi. Nnedi Okorafor est donc une autrice naijaméricaine (nigériane et américaine) dont les goûts littéraires se sont façonnés en science-fiction et fantasy à travers les récits de noir.e.s américain.e.s comme on peut le lire dans l’interview à la fin du deuxième volume chez actusf. Ses origines, les croyances des igbos (ethnie nigériane), les histoires de ses parents, les récits qu’elle a lus ont nourri son propre imaginaire ainsi que son propre parcours à elle. Ce sont donc des récits assez éloignés des histoires de fantasy occidentales que l’on peut lire : magie, théologie, croyance, coutumes, changent. Parce que oui, la fantasy, même imaginaire, s’inspire énormément de notre histoire culturelle. Ce sont des univers immensément riches que l’on découvre comme pour la première fois. Mais c’est véritablement parce que Nnedi Okorafor a le don de créer des personnages à la croisée des chemins, toujours à moitié quelque chose d’autre, que cela me plaît. Elle tend à montrer que chacun et chacune peut être qu’iel veut. Mais surtout que personne n’oblige qui que ce soit à faire une croix sur son passé ou sa famille.

Bref. Binti La Mascarade Nocturne est la suite d’un autre volume mais je tâcherai de ne pas vous spoiler outre-mesure.

Résumé éditeur

De retour sur Terre après une année passée à l’Université intergalactique d’Oomza, la jeune Binti n’en a pas fini avec les surprises. Elle vient d’apprendre qu’elle est la descendante des Enyi Zinariya, un peuple extraterrestre, et elle se retrouve désormais capable de communiquer sans technologie tierce à travers de grandes distances. Mais la découverte de ce nouveau don, qu’elle maîtrise encore difficilement, s’accompagne d’une douloureuse nouvelle : pendant sa retraite dans le désert, les Khoush ont attaqué son village et sa famille a péri dans l’incendie de leur maison. Mais le temps du deuil n’est pas encore venu : Binti doit d’abord parvenir à concilier ses natures humaine et extraterrestre pour ramener la paix au sein de son peuple…quel qu’en soit le prix.

Mon avis

Nous avions laissé Binti à son retour sur Terre, dans sa retraite désertique peu après l’accueil froid que lui avait réservé les gens de son village. Qui était cette fille qui revenait après avoir abandonné les siens pendant plus d’un an ? Avec ses cheveux de méduse, son corps à peine recouvert d’un otjize qui n’était même plus semblable au leur ? Comment l’accepter de nouveau alors qu’elle revendiquait une place qui n’était pas la sienne, indépendante et forte ? Le conflit familial était intense et il a de nouveau éclaté lorsqu’elle a appris sa nature de descendante des Enyi Zinariya, ce peuple sauvage du désert que les Himba ont toujours en partie méprisé. Himba ? Enyi ? Méduse ? Ses ascendances se disputent en elle et alors qu’elle se débat encore avec les visions que lui envoient le zinariya, voilà qu’une guerre, commencée il y a des siècles, s’ouvre de nouveau entre Khoush et Méduse, les Himba essuyant les dégâts. Maîtresse harmonisatrice, Binti sait qu’elle ne peut pas se venger des Khoush qui viennent d’assassiner sa famille et de détruire sa maison, la Racine. Elle doit harmoniser, leurs relations, découvrir l’himba profond et tenter de rétablir la paix.

On pourrait croire, de prime abord, qu’il s’agit d’une histoire de guerre, de combat, de rage et de sang. Mais ce serait se tromper. Le récit que nous livre Nnedi Okorafor tente, en empruntant le chemin de la fiction, de nous montrer l’absurdité parfois, de l’inimité et de la haine, alors que des peuples se détestent pour des choses produites il y a des siècles sans que plus personne ne se souvienne vraiment du pourquoi. Elle revendique également, un lien, entre le moderne et l’ancien, le scientifique et le magique, l’extraterrestre et le traditionnel, et l’idée qu’une harmonie peut être atteinte si aucun des deux mondes ne se trouvent lésés.

Mais Binti c’est aussi et avant tout l’histoire de …Binti. Cette fille qui est déjà beaucoup et qui continue d’être. A la croisée des chemins, des identités, des frontières, à la recherche d’un lieu où l’on acceptera toujours quelqu’un comme elle. A ses côtés se tient toujours Okwu, l’ambassadeur Méduse avec lequel elle entretient une relation étrange, si ce n’est amoureuse au moins profonde et sincère ; mais aussi Mwinyi, un maître harmonisateur du peuple Enyi Zinariya qui l’accompagne dans le désert et au delà, découvrant lui aussi des chemins différents sur lesquels avancer pieds nus. Ils n’ont pas véritablement d’ennemis, seulement des peuples effrayés les uns par les autres, se méprisant pour se donner de la grandeur, se haïssant sur des idées depuis longtemps éculées, et cherchant des vengeances puériles. Il y a beaucoup de vérités, d’expériences, à retirer de ce récit.

Binti est un personnage remarquable dans le sens où il est tout le monde et personne à la fois. Je la vois comme une identité plurielle qui s’est construite aussi bien dans son sang que dans ses rencontres. J’aime l’idée que l’on puisse changer, évoluer, et que ce changement se reflète directement dans notre peau mais aussi dans notre caractère. Et puis c’est une héroïne imparfaite qui a aussi ses préjugés issus de sa propre histoire et qui jamais ne les renie. Je suis Himba dit -elle plusieurs fois alors que son ADN renferme désormais des identités multiples. Elle avance, pas après pas à la découverte de soi même mais aussi des autres. Un chemin intérieur qui se reflète dans son edan cette petite sphère dorée qui l’accompagne partout et qui s’était brisée dans le premier volume, morcelée comme chaque part d’elle même. A la fin de celui-ci elle en fait autre chose, quelque chose de nouveau, de beau, de libre, d’hasardeux, comme elle. Une quête identitaire qui passe par tous ses reflets : le racisme, la tradition, l’émancipation, l’acceptation de soi et des autres, l’héritage, etc.

Enfin, l’univers créé par l’autrice m’a également beaucoup…touchée ? J’ai l’impression de lire la symbiose parfaite entre les êtres et la technologie, la faune, la flore et le moderne. L’Université d’Oomza est en sens particulièrement remarquable avec des êtres humanoïdes et d’autres non, ces vaisseaux vivants qui seront d’un immense secours à Binti, ou encore son président arachnide qui s’évapore et se matérialise sans crier gare. Cette pluralité m’a aussi fait penser à Libration de Becky Chambers et la curieuse humanité qui émerge de tous ces « monstres » à bord du vaisseau.

En résumé

Ce second volume et cette troisième novella concluent à merveille le cycle de Binti initié par Nnedi Okorafor. On retrouve avec beaucoup de tendresse cette héroïne aux identités multiples dans un parcours difficile fait de guerre et de paix. La question de l’identité, du racisme, de la haine et de l’acceptation de soi sont des thèmes centraux de ces récits alors que l’on suit les combats intérieurs de Binti. Un roman tout ce qu’il y a de contemporain et d’actuel dans un écrin galactique fascinant où la science autant que la tradition se mêlent aux créatures extraterrestres, fantastiques ou rêvées qui vivent en nous…et ailleurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :