Sœurs d’Ys de Matthew Tobin Anderson et Joséphine Rioux

Soeurs d’Ys n’a pas pu vous échapper si vous êtes familier / familière de la scène bookstagram. C’était LE livre graphique à lire et je dois vous dire que les avis plus que positifs auraient suffi à me faire pencher… Mais cette couverture !

Résumé éditeur

Leur souveraine, Malgven, « Reine du Nord » a utilisé sa magie pour maîtriser les monstres marins et ériger de grands murs qui protègent la cité des eaux tumultueuses. Après son inexplicable mort, ses filles s’éloignent l’une de l’autre. Rozenn, l’héritière du trône, passe son temps sur les landes à communier avec les animaux sauvages, tandis que Dahut, la plus jeune, jouit des splendeurs de la vie royale et tue sans regret ses amants au petit matin. Plus leurs destinées s’opposent et plus Ys se fragilise. Les écluses ne protègent plus la cité confrontée aux assauts de la mer, quel secret cachait la Reine ? Telle l’Atlantide, Ys est-elle condamnée à sombrer dans les abysses ?

Mon avis

Avez-vous déjà entendu parler d’Ys, la légendaire cité bretonne qui aurait été engloutie par l’océan, près de la baie de Douarnenez ? On dit que deux soeurs y auraient vécu, l’une attirée par la magie, l’autre par la nature, toutes deux héritant ainsi de ce qui faisait leur mère : mystérieuse, entêtante, sauvage. Alors qu’elles sont jeunes, leur mère s’abîme à force de sortilèges et finit par en mourir, non sans avoir protégé Ys, la cité des plaisirs, de la fureur de l’océan. Entre ses mains les créatures attaquent les navires ennemis, agite la mer et effraient les plus humbles pêcheurs. Mais alors que les deux soeurs s’éloignent l’une de l’autre sans jamais se comprendre, que leur père se noie dans les plaisirs sans jamais plus les apprécier, pathétique et amer, Ys se fragilise.

Cette bande dessinée est une pépite ! Autant par les dessins de Jo Rioux que je découvre avec plaisir que par le biais pris par l’auteur pour conter cette légende dont les sources sont multiples. Les personnages sont finement esquissés, un regard, un acte manqué suffit à les embellir ou les avilir. On ne peut s’empêcher d’éprouver de la pitié pour ce roi qui se laisse mourir et de la compassion pour ses filles écrasées par le chagrin et l’amertume. J’ai particulièrement aimé le personnage de Dahut qui, sous ses airs de princesse égoïste et séductrice, n’hésitant pas à tuer ses amants au petit matin, cache avec brio la douleur des responsabilités qui pèsent sur ses épaules. On la sent davantage impliquée, pourtant Rozenn a aussi une intuition toute personnelle et parfois plus profonde de ce qui se passe à Ys. Au delà de retracer une vieille légende, l’auteur s’est aussi attaché à créer des portraits de femmes.

En résumé

En résumé Soeurs d’Ys est une somptueuse bande dessinée aux traits soignés et aux personnages dramatiques qui viennent sublimer une tragédie annoncée. Un coup de coeur pour cet ouvrage magnifique qui revisite avec brio une des légendes bretonnes les plus connues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :