Clément Coudpel contre les spectres de Samain de Manon d’Ombremont

Si j’ai voulu découvrir ce petit one shot, c’est pour trois raisons : raison number one Manon est une blogueuse géniale qui chronique bon nombre de romans SFFF, un blog sur lequel je vais très régulièrement OmbreBones ; raison number two parce que je voulais le lire pour le Pumpkin Autumn Challenge avec son lien à Samain ; raison number three j’avais terriblement envie d’en savoir plus sur le ver de terre de la couverture, ver de terre qui courre de trou en trou au fil des pages sous forme d’un petit dessin fort amusant. C’est parti pour la chronique 😉

Résumé éditeur

Clément Coudpel porte un nom de famille un peu étrange, il l’admet. En dehors de ça, il se considère comme n’importe quel garçon de treize ans : il aime les mangas, les jeux vidéos et traîner avec son meilleur ami, Takeshi, dans leur petit village liégeois. Ce qu’il veut dans la vie ? Aucune idée ! Mais une chose est sûre, il n’embrassera pas la malédiction familiale. La magie, les cimetières, les macrales, les fantômes, très peu pour lui. Et toute la pression qu’il subit au quotidien n’y changera rien, peu importe à quel point ses détracteurs vont loin. Il laisse ça à son aînée, Camille, qui s’en sort comme une cheffe. Sauf que quand cette dernière disparaît à quelques jours de Samain, Clément craint de ne plus avoir le choix.

Mon avis

Pour un premier roman (ndla : il me semblait mais en fait non pas du tout, elle a déjà écrit quelques romans et nouvelles) celui-ci est diablement bien maîtrisé. Oscillant entre introspection et action, le rythme du récit est particulièrement équilibré rendant la lecture fluide et agréable. Ajoutons à cela une plume très contemporaine, multipliant les références geek et mangas, et vous obtiendrez un roman ado réussi. Mais parlons un peu de ce qu’il contient, de ce qui m’a plu, moins plu, et de tous les paradoxes par lesquels je suis passée.

Premier point : Clément Coudpel a treize ans et ça se ressent. Et ce n’est pas négatif ! Combien de fois ai-je lu des romans jeunesse dont le héros ne faisait pas son âge ? Trop. Bien souvent c’est un point sur lequel je ne m’attarde pas, mais quand c’est bien fait autant le souligner. Il a treize ans donc, parle comme un adolescent de treize, a des réflexions d’un ado de treize ans et fait des choses que peut faire un adolescent de treize ans… Du type lire des mangas et jouer aux jeux vidéos. Bon je n’ai plus 13 ans et je le fais encore, certes. Mais son caractère, sa façon de réagir, les liens qu’il fait très souvent entre sa « vraie » vie et celle des jeux vidéos, son égoïsme aussi, m’ont semblé très réalistes. C’est donc un point positif …et négatif aussi. Je joue aux jeux vidéos et je lis des mangas, j’ai compris donc quasi toutes les références, mais je pense que ça peut facilement perdre quelqu’un, malgré les notes de bas de page, d’autant plus que ça en devient presque lassant à la longue. Le roman fait tout de même environ 400 pages, et il ne se passe pas un chapitre sans qu’on y fasse allusion. Du coup, c’est réaliste, parce que oui un ado a tendance à être toujours « connecté » mais c’est aussi redondant.

Deuxième point : L’univers. J’ai adoré l’univers qu’à créé Manon, où humains et macrales (sortes de magiciens) coexistent, l’idée de failles ou de « mondes parallèles », adoré aussi le fait que Clément n’en veuille pas, parce que ça fait flipper, parce que sa mère en est morte, parce que sa sœur se balade avec son meilleur ami transformé en liche, parce qu’il n’a pas envie de tout ça, à son âge, pas envie de protéger le monde et plutôt envie de se reposer sur sa sœur qui a pris ses responsabilités et l’a porté à bout de bras quand sa famille ne le pouvait plus. On croise bon nombre de créatures surnaturelles, ou de magies étranges comme les tatouages, les marionnettes, les liches, les fantômes ou encore Coudmou (le petit vers de terre a un nom trop chouuuu). Et malgré tout j’ai eu l’impression de passer à côté de cet univers. Tout nous est donné aux détours de conversation, mais il nous manque tant d’informations, tant de choses pour s’émerveiller en quelques sortes. J’aurais adoré en savoir plus sur l’arbre généalogique de la famille Coudpel, sur le père dont on ne parle pas, sur l’école des Macrales qu’on évoque en passant alors que TOUS veulent que Clément y aille, sur les Macrales eux-mêmes et leurs différents types de magie, j’aurais aimé que les différents rituels nous soient davantage décrits.

Troisième point : les relations. C’est un des points sur lesquels je n’ai QUE du positif à dire. J’ai tout simplement adoré les relations qui lient les personnages entre eux, que ce soit Clément et sa sœur Camille, entre confiance aveugle et culpabilité, Clément et Takeshi dont l’amitié est indéfectible comme seule peut l’être l’amitié des enfants, Katel, cette figure paternelle, qui prend soin des Coupel autant qu’il aimerait mourir, retourner à la terre, Célestin, Guenièvre et les esprits de famille qui sont tantôt des bourreaux, tantôt des professeurs et tantôt des enfants capricieux ; etc. Toutes les relations sont bien pensées et bien écrites, on devine parfois le poids qu’elles représentent, tout ce qui les lie et les blesse en même temps. Camille étant l’un des personnage que j’apprécie le plus tant pour sa complexité que par son évolution. Dommage cependant que « l’ennemi », soit à ce point manichéen : je suis méchant, tu fais ce que je dis, si tu le fais pas je tue tout le monde. Euh. Ok. A défaut de l’excuser disons qu’on trouve une explication dans le roman (le poids de la tradition notamment mais donc on voit si peu que cela ne m’a pas suffit).

L’ai-je aimé ou non alors, me direz-vous ? Bien sûr que je l’ai aimé. J’adore tout ce qui a du surnaturel, Clément m’a beaucoup touchée par sa naïveté et ses rêves de liberté, son amitié avec Takeshi m’a fait rire et j’ai souri à plusieurs reprises devant les piques d’humour, et les références geeks. C’est seulement qu’il m’a manqué certaines choses. Et puis je m’interroge aussi. Est-ce un one shot ? Ou bien y a aura t-il une suite ? La fin reste assez ouverte, et le destin de certains personnages interroge. Que va choisir Clément maintenant qu’il a embrassé sa destinée ?

En résumé

Clément Coudpel contre les spectres de Samain est un excellent premier roman qui nous plonge dans un monde étrange où liches, fantômes et ver des cimetières cohabitent à travers les voiles. S’il m’a manqué certaines choses, notamment un approfondissement de l’univers, pour que je puisse m’y immerger complètement, la panoplie de personnages, de relations que développe Manon d’Ombremont ont eu raison de ces quelques points négatifs. Avec beaucoup d’humour et de références aux jeux vidéos et aux mangas, on traverses ces 400 pages avec fluidité et des musiques d’opening plein les oreilles.

3 commentaires sur “Clément Coudpel contre les spectres de Samain de Manon d’Ombremont

Ajouter un commentaire

  1. Merci beaucoup pour cet article détaillé 😊 je confirme qu’il s’agit bien d’un one shot et je comprends la frustration que cela peut générer mais je suis pour les fins ouvertes haha. Puis je me laisse le droit d’y revenir même si ce n’est pas du tout prévu, qui peut savoir où mène l’inspiration !
    En tout cas je suis ravie que ce roman ait été une bonne lecture, merci d’avoir pris le temps d’en parler sur ton blog 😘

    J'aime

    1. Oh non j’adore les fins ouvertes globalement, je voulais plutôt souligner le fait qu’il y avait matière à faire d’autres volumes 🙂
      Ce fut un plaisir, je suivrai désormais ton travail d’autrice avec intérêt 😉

      J'aime

      1. Tu n’es pas la première à le dire j’en ai bien conscience 😅 ça me fait d’autant plus plaisir, je le prends vraiment comme un compliment ! Merci pour ton intérêt 🙏

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :