Les Vermeilles de Camille Jourdy

Les Vermeilles de Camille Jourdy a remporté le prix Pépite du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, et le Fauve d’or de la bande dessinée d’Angoulême. Pourtant ce sont davantage ses couleurs bonbon, son titre émerveille et la promesse de passer un excellent moment qui m’ont attirée.

Mon résumé

Jo est une petite fille bavarde, curieuse et téméraire qui adore s’inventer des histoires et qui n’a pas du tout, mais alors pas du tout, envie de rester pique niquer avec sa belle-famille. Elle décide sur un coup de tête de s’enfoncer dans la forêt, de « fuguer » comme elle dit, pour oublier un peu ce monde qui devient adulte beaucoup trop vite. Et elle bascule dans la forêt aux vermeilles. Là bas, des chevaux multicolores, des créatures mi-animales mi-humaines et un chat tyrannique.

Mon avis

Quelle dose de bonne humeur et d’humour ! Cette bande dessinée jeunesse est pour tous les âges, Camille Jourdy réussissant avec brio le pari de la double énonciation. Tout est prétexte à l’émerveillement : du débit de parole insoupçonnable de la petite Jo qu’on arrête plus, du chien botté aux vermeilles aux allures de My Little Poney accros aux bonbons, en passant par Maurice, un renard déguisé en chou. Décidément il y a là de la tendresse, de l’humour et un beau mélange entre souvenirs d’enfance, dessins animés et jeux de mots.

Bien au delà de l’univers bien construit et du simple récit initiatique, la scénariste et illustratrice déploie des trésors de finesse : d’un côté on retrouve Alice aux pays des merveilles et l’impression de passer de l’autre côté du miroir avec une Jo aux pays des vermeilles, mais également un côté très peterpanesque, avec le refus de grandir, de voir le monde changer autour de cette petite fille.

Ce qui m’a le plus impressionnée c’est tout ce que Camille Jourdy y instille à notre insu : jeux de mots, expressions populaires ou enfantines (épouser sur la bouche), il m’est arrivé plusieurs fois de lire des dialogues…puis de les relire en ayant enfin percuté le sous-texte ! Il faut dire que la petite Jo n’a pas sa langue dans sa poche, et chaque case est rempli de petites bulles de ses idées qui fusent de sa bouche sans que rien ne l’arrête. C’est un trait d’esprit que j’ai beaucoup aimé chez elle et qui lui donnait un caractère authentique : oui les enfants posent des questions, parlent sans arrêt, mais il faut aussi savoir les écouter.

Tellement bavarde finalement que cela donne aux pages muettes une ambiance étonnante. On fouille du regard, on analyse, les feuilles, les branches, le ciel. Tout est sujet à la douceur et à l’émerveillement. Et pourtant, il y a aussi des combats ! A mains nues, ou psychologiques, ils se matérialisent sous forme de monstres à abattre, ou de peurs à surmonter.

En résumé

Les Vermeilles est une bande dessinée qui allie finesse et douceur, étonnement et candeur, humour et sérieux. C’est beau, tendre et un formidable voyage entre le retour à l’enfance et le récit d’apprentissage. Chaque page est une découverte, foisonnante de détails, d’anecdotes et de secrets. Un excellent récit d’apprentissage qui plaira aux enfants et à ceux qui le sont encore.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :