Le Soufflevent de Mel Andoryss et Xavier Collette

Le Soufflevent est une série de bandes dessinées en quatre volumes publiée aux éditions Delcourt que j’ai empruntée à la bibliothèque. Je les lis dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge et son sous menu « Dans les eaux de Davy Jones ». De Mel Andoryss je ne connais que son roman Le Passageur publié aux éditions Lynks.

Mon résumé

Sacha travaille dans l’aéropostale express. Son boulot ? Transporter du courrier d’un bout à l’autre des Monts Andémiens en un temps record. Autant dire que la vision de deux passagers clandestins n’est pas pour lui plaire, encore moins en sachant que le chat parle, que sa passagère transporte une arme dangereuse et que la flotte de Firenza, un militaire véreux, les pourchasse à travers l’océan Atlas. Mais le postier n’est pas au bout de ses surprises face à la témérité et la détermination de Coline Traveler qui ne reculera devant rien pour protéger la dernière invention de son père, le soufflevent, sans se douter un seul instant qu’elle en est la clé.

Mon avis

J’ai beaucoup aimé cette série que j’ai dévorée un samedi matin ❤ L’histoire débute avec Sacha et Coline, tous les deux embarqués dans une histoire qui va finir par les dépasser pour se transformer en conflit politique, diplomatique et militaire impliquant l’ensemble des populations d’Hercynion. J’ai directement été fascinée par le personnage de Coline. Fille d’un climatogénéticien, la jeune demoiselle ne rêve que de poursuivre le but qu’ils s’étaient fixés : déposer le brevet du soufflevent, ce pourquoi son père a été assassiné presque sous ses yeux. Accompagnée d’une chimère, un chat ailé doué de paroles et d’une intelligence redoutable, elle s’embarque à bord du vaisseau de Sacha pour un voyage criblé de dangers jusqu’à Alexandrie. C’est un personnage qui ne manque pas de courage mais qui n’est pas non plus parfaitement lisse et sans défaut, bien au contraire ! Elle est têtue, souvent irritable, et fonce tête baissée avant qu’on aie eu le temps de dire ouf. Ses engueulades avec Sacha sont tantôt amusantes, tantôt irritantes, et souvent complètement idiotes.

Le personnage de Sacha est un peu plus complexe à cerner. On sent qu’il n’a pas envie de les aider au début, puis, à force d’être pris en chasse par les militaires, il finit par s’approprier le combat de sa camarade. De simple coursier il finit par s’initier à la contrebande avant de s’engager dans la résistance et la diplomatie. Si Coline a une évolution psychologique, en apprenant d’où elle vient, ce qu’elle est et ce dont elle est capable, Sacha prend du gallon de façon hiérarchique. Leur relation, bien que souvent au centre du récit ne prend pas toute la place, et si on sent leurs sentiments évoluer avec le temps Mel Andoryss se garde bien de leur accorder trop d’importance les laissant évoluer dans les regards et les dessins de Xavier Collette.

Malheureusement la quadrilogie souffre d’un manque de détails scénaristiques qui auraient pu la rendre vraiment extraordinaire. Chaque tome est séparé du précédent par une ellipse temporelle de plusieurs mois qui rend parfois difficile la compréhension des combats qui s’annoncent… Alors que je les ai lues les uns à la suite de l’autre ! Le format 24 planches est d’ailleurs déjà bien rempli avec beaucoup de textes pour une bande dessinée jeunesse et de très nombreuses cases (environ une vingtaine par planche). Un format plus étendu aurait sans doute permis de plus longues pauses, et une évolution plus progressive de l’histoire, moins hachée. Mais le choix ne revient pas toujours à l’autrice ou à l’illustrateur, et je ne les en blâme pas.

J’ai beaucoup aimé tous les liens politiques, économiques et militaires qui se tissent entre les villes, militaires versus résistants, et les avancées scientifiques qui viennent aussi bouleverser le tout. Il y a une véritable problématique autour de cela, de la dangerosité de la science. Le soufflevent a été créé par son inventeur en faisant de simples recherches scientifiques, en poussant les connaissances qu’il avait déjà et il a créé un prototype capable d’appeler les vents. Dans un monde où tout est contrôlé par des vaisseaux volants, cette maîtrise est une avancée majeure pour les militaires mais aussi les industriels. Il y a aussi tout un pan lié à la propriété intellectuelle et aux brevets, et j’ai trouvé cela très intéressant de donner ces clés à de jeunes lecteurs, c’est rare que ce soit abordé ! Alexandrie retrouve d’ailleurs ici toute sa place historique de ville culturelle puisque c’est chez elle que se trouve l’ensemble des créations brevetés par les scientifiques du monde entier. Un pouvoir qui lui donne toute neutralité dans un conflit mais qui la rend également très convoitée.

En dehors de l’histoire-même, de son scénario, la quadrilogie est très riche en couleurs. Le dessin de Xavier Collette est remarquable ! J’ai trouvé qu’il se rapprochait des traits de Krystel, qui est une illustratrice que j’adore, et le jeu des ombres et lumières est stupéfiant : on y trouve des lueurs de feu, des crépuscules, des aurores, ou des tempêtes et le tout est rendu avec une justesse colorimétrique à laquelle j’ai été très sensible. Les expressions des personnages, et même du chat, rendent le tout très dynamique tout comme les scènes d’actions ! Les batailles des vaisseaux avaient des allures de Star Wars et l’illustrateur a toujours réussi en quelques cases à nous faire comprendre l’ensemble d’une bataille. C’est très cinématographique et certaines scènes sont à couper le souffle tant il y a de détails.

En résumé

Le Soufflevent est une quadrilogie étonnante qui mélange sciences, batailles militaires, résistances et diplomatie, le tout accompagné des magnifiques illustrations de Xavier Collette. La relation des personnages passe au second plan pour permettre au lecteur de se concentrer sur l’histoire et les points qu’elle aborde : dangerosité des inventions, individualisme, identité, propriété intellectuelle. Le tout forme une bande dessinée riche, colorée mais aussi très humaine où chacun a son rôle à jouer. Si j’ai pu regretter son format court et ses nombreuses ellipses, c’est une super découverte 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :