La couleur du mensonge tomes 1 à 3 de Erin Beaty

La couleur du mensonge est une trilogie que j’ai entièrement chroniquée dans le magazine Bloggers », excepté le dernier volume dont la chronique n’a jamais pu être publiée. Voici donc une exclusivité ! C’est une trilogie coup de coeur pour moi. Elle est simple, manque peut-être parfois de finesse, mais elle est très addictive et les personnages sont très très bien représentés. Je vous laisse en leur compagnie 🙂
PS : c’est très drôle, on voit le level de photos bookstagram augmenter au fur et à mesure ^^

Volume 1

Mon résumé

Sage est une jeune femme, qui, du haut de ses 17 ans, est en âge de se marier. Du moins c’est bien ce à quoi son oncle compte l’obliger. Orpheline, passionnée d’histoire et de lettres, elle avait pourtant espéré trouver l’émancipation en devenant l’apprentie d’une quelconque personne…pourvu qu’elle soit libre. C’est en voulant faire plaisir à sa tante que Sage se rend donc auprès de la plus grande marieuse du coin Madame Darnessa, qui d’un regard la juge inapte au mariage…mais pas à l’espionnage. Aujourd’hui sur le chemin du Concordium, infiltrée auprès d’un groupe de jeunes filles et escortée par une troupe d’élite, Sage Fowler n’est pas au bout de ses surprises.

Mon avis

J’ai été très surprise par ce roman qui m’a fait penser à des titres tels Fille de l’empire de Raymond E.Feist et Wurst ou encore Kushiel de Jacqueline Carey, de part son univers héroic fantasy, son héroïne forte avec un petit côté sauvage et calculateur et ses complots politiques, mais avec un côté plus dynamique, plus punchy.

Le personnage de Sage est assez fascinant, surtout à l’heure où le féminisme se trouve à son apogée après l’affaire Weinstein et la libération de la voix de la femme. Parce que l’on se retrouve dans une époque où le mariage est arrangé, comme ce fut (et c’est encore) le cas chez la noblesse dans notre propre monde. Les marieuses sont dotées d’un pouvoir exceptionnel : celui de faire et de défaire les familles, de construire des alliances, de mettre à genoux un pays tout entier. Infiltrée dans un groupe de ladies prêtes à marier, Sage n’arrive cependant pas à se voir à la place de ces princesses peinturlurées… pire elle ne peut s’empêcher de voir en chacun de leurs gestes amicaux, des fadaises destinées à l’amadouer. Intelligente, perspicace et indépendante, notre héroïne n’a pas sa langue dans sa poche…ni son esprit d’ailleurs qui ne cesse de vagabonder et de noter la moindre chose qui lui paraît importante.

L’arrivée de leur escorte d’élite est une excellente distraction pour notre marieuse. Très vite approchée par un certain Ash Carter, elle saute sur l’occasion pour en apprendre davantage sur l’armée et les hommes qui la composent… mais si lui aussi se servait d’elle ? A des fins beaucoup moins modestes ?

Si on retrouve les clés de l’héroic fantasy, une carte splendide dès les premières pages, et un scénario mené tambour battant, je ne peux pas manquer de souligner l’importance de l’amour dans ce roman. Et il aurait sans doute été trop bête de n’avoir aucune romance alors que l’héroïne elle même est une marieuse. Mais tout ceci est amené de manière juste et élégante, n’empiétant que très rarement sur la trame principale et rendant à cet ouvrage un côté beaucoup plus humain.

Volume 2

Mon résumé

Devenue préceptrice pour les filles de la reine, Sage Fowler est désormais en bonne position pour avoir l’oreille des personnages royaux. Lorsque le Capitaine Alexander Quinn est promu pour une mission dont il n’a pas le droit de dire un mot, la jeune femme est bien décidée à l’accompagner coûte que coûte et découvrir le fin mot de cette histoire. Et pour cela, elle a un plan infaillible : suivre le jeune prince Nicholas dans l’unité pour être sa préceptrice sur la décision de la reine. Mais que faire quand son unique amour vous tourne petit à petit le dos ? Que faire quand il risque de causer un incident diplomatique qui pourrait déclencher une guerre ? Sage Fowler va devoir reprendre du service et abattre ses dernières cartes : sa connaissance inégalée des langues et son talent d’espionne.

Mon avis

Tout comme dans le premier tome le début de ce second roman est assez lent. Il faut dire que les machinations politiques ne se font pas en quelques heures mais bien en journées entières… il en faudra finalement très peu à Sage pour découvrir où compte se rendre son bien aimé, pourquoi, de trouver un moyen bien singulier de l’accompagner. Le parfum de la trahison met davantage en scène notre couple d’amoureux mais n’en oublie pas pour autant ses intrigues, ses secrets et ses trahisons.

Si La couleur du mensonge se centrait sur la haine entre Kimisar et Domoran, ce second opus va nous faire découvrir la troisième partie de l’équation : Casmun. Une nouvelle langue, de nouvelles coutumes, et un pays riche de sable, de bijoux et de mensonges. C’est dans la cour des grands que se cachent souvent les vils serpents ! Toujours aussi efficace, Erin Beaty nous entraîne dans un palpitant voyage aussi bien émotionnel que paysagers où les sentiments sont autant une force qu’une faiblesse. On ne s’ennuie pas un seul instant et ces 538 nouvelles pages ont de nouveau été consommées le temps d’une nuit.

Je ne dirais pas que ce roman est exempt de tous défauts, certaines situations sont déjà vues dans de nombreux autres romans, et quelques résolutions d’intrigues vous seront familières et évidentes. Mais ce qui sera le plus gênant sera la poignée de cheveux que vous vous arracherez devant les allées et venues de nos deux tourtereaux, qui n’ont manifestement pas appris grand-chose de leurs premières aventures. Le jeune capitaine Quinn, torturé par des cauchemars qui le forcent à choisir entre Sage et une tierce personne, se retrouve dans l’incapacité de diriger correctement son unité et refuse de parler avec elle. Sage, bien trop têtue pour céder sur certains points, ira jusqu’à mettre en danger le campement où elle se trouve pour prouver sa théorie. Sans doute qu’une bonne thérapie de couple pourrait les aider à s’entendre et à se faire confiance mais les nombreuses aventures auxquelles les encourageront davantage… Les intrigues romantiques sont parfois bien plus alambiquées que les secrets politiques !

Et c’est entre ces deux plans que l’écriture d’Erin Beaty balance nous accordant tour à tour un roman palpitant, rageur, addictif, romantique, dramatique, épique et où chaque page vous pousse à tourner la suivante. Je suis prise d’une passion dévorante pour cette saga. Littéralement.

Volume 3

Mon résumé

La guerre a pu être évitée au prix d’un terrible sacrifice, du verre noir bloque l’entrée entre deux pays, et Sage se remet petit à petit de ses blessures. Nommée ambassadrice auprès du peuple Casmun, elle se trouve bien loin de son fiancé qui dirige désormais l’unité d’élite des Norsaris. Avec surprise elle se retrouve propulsée à la table des négociations de paix, aux côtés du prince Robert et des brazapils de Kamisara, leur ennemi de toujours. Des pourparlers qui s’annoncent risqués et stériles d’autant plus que son instigatrice, la régente, semble déjà devoir se battre avec des dissensions internes. Une nouvelle fois, Alex et Sage vont devoir faire fi de leurs querelles pour déjouer les machinations politiques qui se profilent dans leur dos et éviter une guerre.

Mon avis

« C’est à des gens comme nous qu’il appartient de briser le cycle de la violence ».

Tous deux secoués par la guerre et les visages des hommes à qui ils ont donné la mort, Sage et Alex s’adaptent peu à peu à leurs nouvelles fonctions non sans quelques séquelles. La moindre brûlure donne l’impression à Sage d’être en feu, et des hurlements lui échappent dans son sommeil. De son côté Alex tente de ne pas se voir comme un monstre alors qu’il ne peut plus dénombrer les cadavres qu’il a semés sur sa route. Après la vengeance, la colère, la rage, la peur, est venu le temps de faire la paix. Mais des forces agissent toujours dans l’ombre.

Bien que le début soit assez lent on oscille agréablement entre les points de vue de Sage, Alex et Zoraya, la reine du Kamisara. Petit à petit, une trame politique et sentimentale se met en place et on se laisse embarquer par l’écriture prenante d’Erin Beaty. Il n’y a pas à dire cette autrice sait s’y prendre pour nous faire bouillir d’impatience ! Si on lève les yeux plus d’une fois devant les querelles de Sage et Alex, on sourit devant l’intérêt de Lani, la princesse Casmuni pour Casseck le soldat Demoran et on se ronge les ongles devant la table des négociations.

Je dois dire que ce troisième et dernier tome m’a agréablement surprise en mettant en jeu d’autres relations que celle Alex-Sage, avec notamment les personnages de Clare, Zoraya, Lani et Sophia. Que des personnages féminins qui démontrent d’une grande force de caractère, toutes à leur manière. Clare en tenant enfin tête à son père et en refusant le mariage qu’il lui propose, Zoraya en ayant pu conserver la régence de son royaume aussi longtemps à force de ruse et de paranoïa, Lani en faisant montre de détermination et de bienveillance et même Sophia, qui est pourtant un personnage que je n’aime pas beaucoup, en protégeant coûte que coûte son enfant des griffes des gouvernements du monde.

Aussi, même si l’on devine assez vite les rouages de cette intrigue, on reste accroché à chacune des pages dans l’attente du dénouement final, littéralement scotché aux lignes. Lecture fébrile d’un dernier tome à la hauteur des deux premiers avec ce petit quelque chose en plus qui en fait une fin magnifique : la résilience, l’émotion, la paix.

Résumé de cette trilogie

En résumé cette trilogie signée Erin Beaty aux éditions Lumen est tenue de bout en bout par une plume simple mais efficace, avec ses saillies poétiques. Le scénario, un peu prévisibles pour les lecteurs et lectrices du genre laisse traîner ses parts d’ombre si bien que l’on arrive jamais à le deviner en entier. Mais ce qui fait réellement sa force ce sont ses personnages, à commencer par Sage, et toutes les émotions qu’elle reflète en son sein de la plus sombre à la plus lumineuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :