Apocalypse Blues de Chloé Jo Bertrand

Merci aux éditions Bragelonne pour l’envoi de ce service de presse 🙂 Je découvre ce roman et cette plume avec grand plaisir, tous deux d’une grande maturité pour une autrice aussi jeune, je suis bluffée !

Résumé éditeur

Ils s’appellent Kiran, Matthew, Tobias et Charly.
Ils ont quatorze, vingt, dix et seize ans.
Ils vivent en Inde, en Australie, et dans l’Utah lorsque les conséquences cataclysmiques du dérèglement climatique s’abattent sur leurs têtes. Tornades, tsunamis, inondations ravagent subitement leur monde.
Chacun d’eux se retrouve seul dans la tourmente – jusqu’à ce qu’ils se rencontrent sur la roue dévastée. Ensemble, ils vont devoir affronter territoires hostiles et folie humaine pour survivre … et retrouver ce qui leur a été arraché.

Mon avis

Ce roman est globalement assez terrifiant car très réaliste aussi bien dans les conséquences du changement climatique (que l’on retrouve dans la plupart des prévisions scientifiques) que dans la façon dont toutes ces choses sont gérées humainement, dans le pire comme le meilleur. Dans ce roman, Chloé Jo Bertrand met en lumière notre capacité folle à nous adapter, à aller de l’avant. C’est fort et puissant, et les émotions sont vraiment bien retranscrites. Dès le début, l’autrice nous entraîne dans un roman haletant, crispant et d’un côté…effrayant.

« — Tobias ! Tobias ! Quand ça arrive tu t’agrippes à ta planche !
— D’accord !
— Tu t’agrippes fort !
— D’accord !
Et tu meurs pas.
L’eau les frappa dans le dos. »

Loin de la débandade d’événements cataclysmiques que l’on retrouve dans la plupart des post-apo, l’autrice s’est concentrée sur quelques conséquences : moussons jouant les prolongations, tsunamis un peu trop capricieux, tremblements de terre soudain, et tornades traîtresses, tout cela de manière très géolocalisée dans le pacifique et le centre-ouest des états unis. Autre point clé, nous ne débutons pas notre histoire après que ces événements ne se soient produits mais bien pendant. En suivant ces quatre jeunes perdus dans ce cataclysme on ne peut que s’identifier !

Autre point positif : les quatre personnages sont parfaitement ancrés dans leur récit et se différencient les uns des autres. Outre Tobias qui est le plus jeune des quatre, Charly, Kiran et Matthew ont leur propres émotions, leurs propres façons de parler et des personnages aussi bien stylisés sont finalement assez rares. Mon préféré reste Matthew parce que je le trouve touchant alors qu’il s’élance à travers désert et états pour retrouver son frère. Mais j’avoue que le duo Kiran/Charly a su gagner mon affection dans leurs caractères opposés.

Pourtant Chloé Jo Bretrand ne se contente pas de nous dresser le portrait de quatre garçons perdus dans la tempête. Elle brosse le portrait d’une humanité toute entière : tantôt sombre tantôt lumineuse, tantôt mauvaise tantôt juste. On croise alors des trafiquants, une famille en caravane, des camps de réfugiés climatiques, des militaires, mais aussi d’autres jeunes, perdus, tout comme eux. L’être humain paraît alors bien plus effrayant que n’importe quel événement apocalyptique.

« Je sais que face à la colère de la nature, on a encore une chance, parfois. Tobias, lui, est face aux hommes, et eux par contre je ne compte pas sur leur bienveillance. »

Je m’interroge aussi sur le fait qu’il y ait très peu de femmes dans le roman en dehors d’une apparition éclair (quoique assez amusante) d’une nana cherchant des tampons dans un magasin. Le refus de s’identifier à son personnage ? de mettre trop de soi ? En tout cas c’est une question que j’aimerais beaucoup poser à l’autrice 🙂

Mais ce que je ne vous ai pas dit (je le gardais pour la fin) c’est ce qui m’a vraiment fait kiffer ce roman. Roulement de tambours… l’humour ! L’ensemble du roman est à flux tendu en permanence, on regarde derrière son épaule, on se ronge les ongles, un passage du roman m’a clairement donné envie de gerber (alors qu’il n’y a absolument aucune description, juste cette horreur, cette émotion pure) mais Apocalypse Blues est aussi très touchant par son humour. Charly jure comme un charretier et c’est presque jouissif à entendre, ironise, se moque, et Kiran lui rend souvent la pareille ce qui donne un côté encore plus comique à leur duo. Kiran a perdu sa famille, Charly sa jambe, et tous les deux, estropiés par cette apocalypse de malheur, se soutiennent mutuellement.

« Dans le noir, elle galère un peu, mais le type à la lampe n’a pas menti : le rayon suivant lui apparaît comme le premier cercle du paradis, son calvaire tire à sa fin. Elle en profite pour stocker, après tout, cette merde revient tous les mois. On aurait pu espérer que Mère Nature fasse une exception. Genre, mettre tout en stand-by pour cause de fin du monde. Tu penses. Ce serait trop demander… »

Alors oui le langage est très « parlé », et on s’éloigne de la « grande littérature » (avec tous les guillemets possibles) mais qu’est ce que ça fait du bien ! C’est un brin vulgaire, très mordant, mais d’une telle puissance, j’ai adoré !

En résumé

Apocalypse Blues est un premier tome remarquable de maîtrise où on se laisse entraîner tambour battant à la recherche d’enfant, d’amour, de famille. Les personnages principaux sont tantôt héroïques tantôt de simples adolescents et on s’attache à eux, on grimace, on grince des dents, on partage un bout de chemin en riant souvent, de soulagement, de tension, de vrai bonheur parfois. Il y a quelque chose de fou à lire un livre tel que celui-ci, de presque angoissant avec son réalisme glaçant. La sensation que tout ceci pourrait arriver… et qu’on serait bien content.e de tomber sur Kiran, Matthew ou Charly 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :