Lectures hivernales : l’heure du bilan

La saison hivernale est finalement terminée après une résurgeance de l’hiver avec un vent glacial à faire frémir la maison des trois petits cochons nous voilà enfin à l’approche du printemps. Un printemps qui s’annonce pour moi assez chargé mais que j’ai hâte de débuter. Pour tout vous dire j’ai commencé à préparer ma Pile à Lire depuis déjà une dizaine de jours et elle attend patiemment de se dévoiler.

Comme d’habitude mon bilan livresque me sert à résumer l’ensemble de mes lectures en six grandes catégories selon les notes que je leur attribue sur Livraddict et mes ressentis personnels : les coups de cœurs, les petites perles, excellentes lectures, bonnes lectures, déceptions, abandons et se rajoutent les « non lus ». Cette fois-ci je n’ai aucun abandon donc c’est plutôt cool 🙂

Les coups de cœur (notés 19 ou 20) : 5 romans

J’avais ouvert la saison hivernale avec un roman digne des plus grand comicbook :Héros de Benoît Minville aux éditions Sarbacane. Avec une plume entraînante et une histoire aussi horrifique qu’haletante, l’auteur avait su m’immerger dans son roman aux accents cthulhuesques. Après une semaine de partiels chargée j’avais ensuite pu enchaîner avec Milly Vodovic de Nastasia Rugani aux éditions MeMo dont l’univers extravagant, l’héroïne tout feu tout flamme et la plume aussi poétique que vive m’avait conquise et émue. Un peu plus tard, en février, j’ai découvert le roman Un jour, une étoile de Jean-Luc Marcastel publié aux éditions Gulf Stream. Un one shot ambitieux, un Roméo et Juliette sur fonds de space opera qui m’avait beaucoup touchée pour son humanité. Plus récemment encore je suis tombée amoureuse de deux romans bien différents : Memory de Christine Féret-Fleury aux éditions Lynks et Que passe l’hiver de David Bry aux éditions de l’Homme sans Nom. Le premier conte l’histoire d’une jeune fille à la recherche de son nom qui rend hommage au plaisir de lire et des mots. Le second se fait légende en nous entraînant dans un nord fantasmé où il ne fait pas bon de jouer avec le destin.

Les petites perles (notées 17 ou 18) : 3 romans

Seulement trois petites perles pour cette saison : Coeur battant d’Axl Cendres aux éditions Sarbacane et Nos vives suspendues de Charlotte Bousquet aux éditions Scrineo. Le premier narre l’histoire de cinq personnages aussi loufoques qu’attachants mais aussi profondément marqués par la vie qui n’ont qu’une seule idée en tête : en finir. L’autrice a réussi l’exploit de ne pas verser dans le pathos et même à nous faire rire. Le second traite d’un sujet grave : celui du viol. Essentiellement à travers le point de vue de son héroïne nous retraçons l’histoire ayant mené au procès et puis plus loin encore, au repli, à la culpabilité, et à la sortie des ombres.

Et pour le dernier il s’agit de Des nuits de sang et d’étoiles de Lisa Lueddecke que j’ai chroniqué pour le numéro d’avril du Bloggers’ le magazine littéraire pour lequel je suis chroniqueuse. J’avais adoré l’ambiance glaciale et périlleuse de l’île de Skane et le personnage d’Osa. Pour en savoir plus, ce sera dans le numéro d’avril !

Les excellentes lectures (notées 16) : 7 romans

Là j’en ai beaucoup plus avec pas moins de sept romans ! J’avais entamé ces excellentes lectures avec Objet trouvé de Matthias Jambon Puillet aux éditions Anne Carrière qui fut mon dernier 68 premières fois de la rentrée littéraire d’octobre. Un roman très intéressant qui évoque des sujets peu communs (la virilité, la masculinité, les relations de domination) mais dont la plume aurait mérité d’être davantage travaillée selon moi. Je suis repartie vers des horizons plus fantaisistes avec L’Envolée des Enges de Claire Krust aux éditions ActuSF dont la noirceur venimeuse m’avait beaucoup plu bien que certains passages aient parfois été un peu chaotique. Est venu ensuite Le Garçon et la Ville qui ne souriait plus de David Bry, dont le titre très accrocheur des éditions Lynks m’avait tout de suite plu. Outre sa poétique, le roman traite également des questions de l’identité, du genre et de la tolérance…tout cela dans un Paris uchronique sombre et dangereux. J’avais ensuite enchaîné sur un roman jeunesse des éditions du Rouergue : L’été où j’ai vu le tueur de Claire Gratias. Un court roman sur fond d’enquête où les questions de la construction de soi sont au centre de ses pages. Après cette courte pause plus contemporaine je suis repartie aussitôt vers des horizons divers : la dystopie et l’espoir de Fréquence Oregon de Loïc Le Pallec aux éditions Sarbacane, la quête des dragons des marais et l’humour très british de son héroïne de Les mémoires de Lady Trent : le Tropique des serpents de Marie Brennan aux éditions L’Atalante, et pour finir les livres-monde et la fin des temps de De Brume, de Métal et de Cendre de Gwendolyn Clare aux éditions Lumen.

Bonnes lectures (notées 14 – 15) : 2 romans

En « bonnes lectures » on retrouve deux romans de chez Gallimard Jeunesse et mes deux dernières lectures. Mécaniques fatales par Philip Reeve dans un univers post-apocalyptique très riche où les villes se font locomopoles et où le darwinisme municipal fait loi. J’en avais surtout reproché le manque de profondeur des personnages et son écriture plutôt classique mais j’ai hâte d’en continuer les aventures ; Connexion immédiate de Mary H.K. Choi qui narre l’histoire d’amour très connectée de Sam et Penny deux êtres abîmés par la vie qui vont apprendre à faire confiance et à s’ouvrir…via leurs téléphones. Une chouette romance 2.0 parfois un peu trop linéaire.

Déceptions (notées 13 et moins) : 2 romans

Deux déceptions dont la première fut  La forêt des araignées tristes de Colin Heine aux éditions ActuSF dont l’univers m’avait semblé bien prometteur mais dont le personnage principal m’avait un peu tapé sur les nerfs sans parler de certaines aventures qui m’ont semblé très tirées par les cheveux. D’autant plus dommage que j’avais fait une super photo avec l’aide de mon chéri ❤ La seconde déception fut pour Le Dompteur d’Avalanches de Margot Delorme aux éditions Les moutons électriques auquel je n’ai pas accroché malgré un univers intéressant et des clins d’œil à d’autres grands romans de la fantasy assez amusants.

Abandon : 0

Non lus : 7 romans

Swimming Pool de Sara Crossant que je repousse avec grand plaisir à la saison prochaine. Je n’ai également pas pu lire How to save a life de Lauren K. McKellar aux éditions du Chat noir, Le Garçon Talisman de Florence Aubry aux éditions du Rouergue (sûrement pour le Pumpkin Autumn Challenge 2019), Des larmes sous la pluie de Rosa Montero aux éditions Métaillé, Mon chien stupide de John Fante aux éditions 10/18, Les trois vies d’Antoine Anacharsis d’Alex Cousseau aux éditions du Rouergue et pour finir Les contes macabres tome 2 d’Edgar Allan Poe illustré par Benjamin Lacombe (sûrement pour le Pumpkin Autumn Challenge 2019 également).

Conclusion

J’ai lu un peu plus de romans personnels que la dernière fois et j’en suis très contente puisque cela signifie que j’ai un peu mieux gérer mon temps 🙂 J’ai également lu ceux qui me faisaient le plus envie cet hiver comme Que passe l’hiver de David Bry qui fut un coup de coeur donc j’en suis très contente. ET, le meilleur pour la fin, je n’ai AUCUN service de presse en retard ! *sautille*

Statistiques

  • 19 romans lus
  • 5984 pages lues
  • 13 romans SFFF, 4 contemporains, 1 polar dont 14 jeunesse (ado/ya/enfants)

Bon, maintenant…la PAL du printemps ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :