Fréquence Oregon de Loïc Le Pallec

Fréquence Oregon est un des derniers services de presse que j’ai reçu des éditions sarbacane fin décembre et je me réserve le petit Coeur Battant d’Axl Cendres que m’a tant vanté ma collègue de Mes écrits d’un jour. Je remercie la maison d’édition très chaleureusement ❤

Mon résumé

Alors que la cupidité et l’égoïsme des hommes ont ravagé le monde et poussé des millions d’êtres humains à l’exil, des paradis artificiels à l’usage des riches ont fleuri sur les côtes américaines. C’est à l’intérieur de l’un d’eux que vivent Alta Luna, Jonas et Gaspard. Pourtant, à l’intérieur de ces oasis artificiels, nos trois amis commencent à se sentir à l’étroit et l’espoir de sortir de cet endroit est ravivé par les discussions avec Ulysse et Cassiopée, deux déserteurs naviguant au large des côtes. Lorsque ces derniers s’échouent sur le rivage et sont pris à partie par la bande de Crisco, un gosse de riche que rien n’arrête, nos trois amis tentent le tout pour le tout : la fuite. Direction Oregon.

Mon avis

J’ai un avis un petit peu mitigé sur ce roman mais relativement clair sur ce que j’ai aimé et pas aimé. Je vais commencer par le meilleur parce que vous comprendrez très vite que le « pire » ne tient qu’en deux lignes.

Fréquence Oregon s’installe comme un roman quasi post-apocalyptique où des êtres immensément riches continuent d’entretenir des guerres afin de générer de l’argent. Bien à l’abri de ces considérations, Alta Luna, une jeune adolescente de 17 ans, s’ennuie profondément dans son oasis « paradisiaque ». Assez indépendante, son père toujours parti à droite à gauche et sa mère quasiment absente, la jeune fille mène une routine étrangement désagréable : nage, bar, manger, bar… Si ce n’est les quelques disputes avec la bande de Crisco, rien ne vient la sortie de son morne quotidien.

Maman a parfois la même expression que les ours blancs efflanqués dont les images m’ont marquée, plantigrades, entraînés sur un petit bout de leur continent qui ne cesse de se dissoudre dans l’océan à mesure qu’il s’éloigne des côtes.

Jusqu’à Ulysse et Cassiopée, les deux naufragés dont ils ont entendu la voix si souvent sur les fréquences bidouillées par Gaspard, le génie de la bande. Les deux déserteurs, Jonas et Alta Luna décident de mettre les voiles vers un nouveau monde, un nouvel espoir : Oregon.

Si j’ai trouvé cette partie de l’intrigue assez légère, tout comme leur fuite -trop facile, le récit est lancé sur les chapeaux de roue et l’auteur n’attend pas pour nous embarquer dans un road trip enchanteur et totalement dépaysant. De fil en aiguille on en apprend un peu plus sur nos personnages et l’Amérique qui les entoure, ce qu’elle était (étrangement proche de notre société) et ce qu’elle est aujourd’hui : des états désertiques, parcourus d’animaux exotiques, de bandes armées et d’enfants perdus.

Sans trop en dire pour ne pas verser dans le récit scientifique pur et dur, Loïc Le Pallec traverse les champs du récit d’anticipation avec brio, se servant de clichés largement véhiculés (l’idée d’un eldorado construit en un ailleurs fantasmé : Oregon et son fameux Capitaine Green) pour mieux les réinventer. D’autres points sont tout simplement fascinants comme les enfants et leurs dromadaires, ou encore les robots ayant construit des sociétés autonomes et continuant d’apporter leur soutien à leurs créateurs. Le personnage de Seven est à cet égard assez épatant.

On découvre à travers la plume de l’auteur un monde à la dérive qui ne demande qu’à être reconstruit et on partage avec lui un petit bout d’humanité. C’est un petit espoir auquel je compte bien me raccrocher aussi : quelque part il y a des êtres humains sur cette foutue planète qui ont envie, comme moi, de faire de ce monde quelque chose de meilleur. Et je trouve ça chouette.

Sur fond de clapotis discrets, chacune se réchauffe à
l’humanité de l’autre.

A l’intérieur de ce récit extrêmement bien construit, une douzaine de personnages évoluent et trouvent leur place dans ce scénario… mais leur nombre m’a parfois dérangée. Cela obligeait l’auteur à décrire leurs ressentis à travers le personnage d’Alta ce qui donnait une saveur étrange au récit et beaucoup moins de place à ses propres ressentis. Au lieu d’être dans l’émotion on était dans le factuel. Je ne dis pas qu’il n’y en avait pas et c’est d’ailleurs dans ces moments là que certaines phrases ou répliques m’ont sauté au visage tant elles étaient fortes…

Au fond, peut-être que parfois j’ai envie de hurler, mais mon double pervers m’a tranché les cordes vocales.

…Mais cela me donnait parfois l’impression de ne pas être assez proche d’Alta, d’être trop éloignée d’elle, et c’est là qu’intervient mon fameux petit point négatif : je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage principal. Et c’est bête mais ça m’a empêchée de m’impliquer totalement dans ce récit malgré une lecture excellente.

En résumé

Fréquence Oregon est un formidable roman d’anticipation qui vous entraîne dans un road trip exceptionnellement humain à travers une Amérique dévastée. Un livre pour les ados (mais pas que) qui redonne espoir et qui pousse à croire qu’un monde meilleur pourra être reconstruit…un jour. Un petit bijou qui met l’humanité au centre de sa réflexion et malgré une petite déception pour son personnage principal, je ne peux que vous le conseiller !

2 commentaires sur “Fréquence Oregon de Loïc Le Pallec

Ajouter un commentaire

  1. J’aime beaucoup ta façon d’écrire tes avis, ça donne clairement envie de lire Fréquence Oregon, d’autant plus que les extraits choisis sont très forts (j’adore particulièrement les deux derniers).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :