The Ancient Magus Bride T2 – 5 : un peu plus de magie, beaucoup plus de charme !

Et voilà, j’ai enfin pu me procurer les tomes 2 à 5. Pour la suite des aventures je pense qu’il me faudra attendre soit de les retrouver dans une autre bibliothèque, soit de les racheter tout simplement parce que je commence à me dire que ce manga pourrait bien devenir… un coup de coeur

Mon avis

Il y a…mmh.. deux jours ? je vous parlais du premier tome de The Ancient Magus Bride qui se terminait un peu en sucette (otage, danger de mort, toussa toussa, lisez-le vous verrez) mais qui m’avait beaucoup plu pour le mystère qui planait autour du passé de nos deux héros : Chisé, une slay vega attirant la magie comme une flamme attire un papillon et Elias, un sorcier ni humain, ni démon, ni fée avec une tête d’os qui désire en faire son apprentie …et sa femme.

Pour cette chronique, pas de résumés des tomes (pour ne pas spoiler les futur.e.s lect.eur.rice.s n’est-ce-pas) mais plutôt un ressenti général, une impression visuelle, des scènes clés et des images persistantes. Car la suite est intéressante, trèèès intéressante.

Si le premier tome laisse voir une Chisé très dépendante, et très enfantine, rendant leur relation assez étrange (oui je l’avoue j’ai trouvé ça un peu malsain, il l’a tout de même rachetée !), les suivants lui rendent toute sa combativité, son audace, et ses caprices. Enfin elle ose s’exprimer, et si dans un premier temps elle le fera auprès d’autres personnes qu’Elias, elle finira également par lui ouvrir un peu son coeur et par dire ce qu’elle pense. Et oui je suis assez fière de son évolution ^^

De plus, après l’installation assez classique du premier tome, nous poursuivons nos aventures dans un monde encore plus féerique où nous croiserons notamment la route de Titania et d’Obéron, bien loin de leur représentation shakespearienne, des changelin, la mort en personne, des banshee et des succubes, d’autres fées et des libellaines (les créatures les plus adorables que j’ai pu voir mi libellule mi mouton <3) et bien d’autres encore. Bien sûr The Ancient Magus Bride ne verse pas seulement dans le merveilleux pour nous épater mais aussi dans ce que nous avons tous au fond de nous, tout être humain que nous soyons : les émotions.

Entre Chisé qui apprend à s’ouvrir, comprend la valeur de ses sentiments et tente tant bien que mal de les exprimer ; et Elias, incapable d’éprouver quoique ce soit si ce n’est de drôles de frissons quand elle l’embrasse sur le bout du nez, ou une froideur morne quand elle disparaît (des émotions donc, on ne la fera pas à nous) nous faisons face à un vrai complexe de l’humanité ! L’auteur en joue et nous avec, ravis de voir ce couple se former au fur et à mesure, apprenant l’un de l’autre.

Le dernier tome nous en apprend également plus sur un autre personnage auquel je ne m’attendais pas : Silky. Dans le premier tome elle fait office de domestique, maintenant la maison d’une propreté impeccable, préparant d’excellents plats, elle semble faire partie du décor et j’avoue ne pas m’y être vraiment intéressée. Jusqu’à ce que le tome 5 nous révèle un peu plus de son passé…de banshee. Bien loin de l’image triste des contes (les banshees étant réputées pour crier et pleurer, annonçant une mort prochaine), celle-ci est désespérée de ne plus être entendue et erre, seule alors que la maison qu’elle hantait tombe en ruines.

« Ici vivent des gens très pieux, respectueux des traditions, c’est un foyer idéal. Ils mourront un jour bien sûr. Toutefois la maison ne s’écroulera pas du moment qu’un seul être humain reste en vie, il y aura toujours de la lumière aux fenêtres. Et si jamais elle venait à s’éteindre… c’est toi qui seras chargée de la rallumer ».

C’est aussi ce que j’aime dans ce mangas, c’est que peu importe les personnages dont on croise la route, l’auteur ne nous les montre pas au hasard, ils ne sont pas uniquement là pour faire avancer l’histoire mais également pour y apporter quelque chose : de la profondeur, du réalisme, un semblant d’âme. The Ancient Magus Bride vibre de ses personnages et déborde de magie.

En résumé

Que du positif pour la suite de ces aventures si ce n’est peut-être le côté « cliff hanger » a répétition qui a tendance à m’agacer mais qui a été évité pour mon plus grand bonheur (et ma patience, et ma curiosité) dans le dernier tome. La magie et son fonctionnement commencent à m’être familière et les quelques personnages que nous croisons montrent pour le moment assez de profondeur pour me satisfaire. Espérons seulement que Koré Yamazaki ne tombera pas dans le piège du trop sentimental pour continuer à nous servir une fable féerique, entre ombre et lumière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :