Polina de Bastien Vivès tout en grâce et en légèreté

Polina, tout comme Bastien Vivès, on m’en parle depuis des années. Lors de la sortie de Une sœur j’avais capté, du coin de l’oeil, ses dessins à peine esquissés, son noir et blanc et ses sujets-expériences, à mi chemin de l’autobiographie. Avec Polina on explore la relation maître-élève, le chemin de la création, de l’inspiration et celui d’une danseuse étoile.

Mon résumé

Polina Oulianov a six ans lorsque Nikita Bokinski la repère. Pourtant on ne peut pas dire que cela partait bien puisque après l’avoir étudiée il lui dira : « il faut être souple si vous voulez espérer un jour devenir danseuse. Si vous n’êtes pas souple a 6 ans, vous le serez encore moins à 16 ans. La souplesse et la grâce ne s’apprennent pas. C’est un don. Suivante… ». Contre toute attente la voilà sélectionnée dans l’académie Bokinski et commencera alors pour elle une aventure faite d’embûches, de déboires, d’heureux hasards qui la mèneront jusqu’à la gloire ou la feront dégringoler du piédestal sur lequel son professeur la placer.

Mon avis

En lisant, étudiant et m’imprégnant de cette bande dessinée je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Black Swan qui, bien que beaucoup plus psychologique, aborde lui aussi cette relation maître-élève et surtout celle de la danseuse à sa danse, elle aussi une relation particulière aussi libre que sévère. Mais la comparaison s’arrête là, Bastien Vivès ayant choisi de traiter son sujet avec plus de légèreté et, oserais-je dire, plus de grâce. Ainsi on ressent au fil des pages toute la complexité du lien entre Polina et Nikita : crainte, sévérité, respect, admiration, abandon, colère, rejet, plénitude sont autant d’émotions et de sentiments que Polina ne peut s’empêcher de ressentir face à ce professeur qui l’arrache à ses amies en la faisant jouer en « solo », et qui la place d’emblée dans la position difficile tant à la fois de la meilleure de sa promotion et d’exclue.

A partir de là le dessin joue une très grande importance, il y a beaucoup de non dits dans une bande dessinée et encore plus dans celles de Bastien Vivès, n’en déplaise à ceux qui juge son dessin inexpressif j’y ai au contraire vu toute l’expression de son talent : un regard lancé au passage qui témoigne d’une peur irrationnelle de Polina à son professeur dans les couloirs, des yeux grands ouverts sur une amie en détresse, une lèvre pincée pour s’empêcher de pleurer, une expression plus sereine lorsque Nikita lui apprend à mieux positionner son dos, le soulagement quand elle lui échappe… puis quand il la reprend. Là où au contraire le texte manque parfois de caractère et presque de maturité, le dessin lui, tout en finesse apparaît plus fort, plus prenant.

Quoiqu’il en soit cette bande dessinée ou ce roman graphique, les nommeront ceux qui le désireront, est une formidable plongée dans le monde de l’art et plus particulièrement dans celui de la danse, de son génie à son apprentissage.

« la danse est un art, il ne s’apprend pas ». (Bokinski)

« Danser, ça doit être un plaisir.
Moi, je veut pas danser comme ça ! »
(camarade de danse)

Face à deux visions contradictoires, l’une plus sévère de Nikita Bojinski, plus classique et le regard plus atypique, plus ouvert aussi d’une certaine façon d’une enseignante en danse contemporaine, Polina fuit. Forgée par ces deux maîtres dont elle n’aura pourtant pas compris grand-chose, la jeune femme va grandir, puis s’épanouir et peut-être, atteindre le sommet de son art.

En résumé

Une œuvre tout en grâce et en finesse tout comme le sujet qu’il traite, la création, sous le prisme de la danse. Je n’oublie pas non plus la relation maître-élève que Bastien Vivès souhaitait travailler à travers Polina et Bokinski qui se révèle être une situation pleine de complexité et de tiraillements, que j’ai beaucoup aimé suivre du début jusqu’à la fin. Enfin, son dessin, si expressif dans son noir et blanc, dans ses pleins et ses déliés, m’a conquise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :