Pile à lire printanière : on mise sur les couleurs !

Ma sélection s’est faite principalement en piochant parmi mes services de presse et mes nouvelles acquisitions du Salon du Livre de Paris 2018.

Romans jeunesse

Qui suis-je ?, de Thomas Gornet

Qui est donc Vincent ? Il ne le sait pas lui-même. Comme tant d’autres ados, il a du mal à trouver sa place parmi les autres collégiens et à comprendre ses émotions. Notamment quand débarque un nouveau, Cédric, un sportif, lui. Il va lui falloir une année de 3e pour prendre conscience de son homosexualité.

La fille qui mentait pour de vrai, de Catherine Grive

Mais pourquoi ment-elle tout le temps, Kimberley ? Gros mensonges ou mensonges drôles et gratuits…. Comme son père, d’origine suédoise et chauffeur poids lourds vers les pays du grand Nord, elle a une capacité à s’évader tout le temps, au collège, en famille, en disant n’importe quoi. Jusqu’à ce que sa mère semble, elle aussi, être entrée dans un grand mensonge par omission.

Romans imaginaire

À présent, vous pouvez enterrer la mariée, d’Oren Miller

« Monsieur et Madame Bartoli sont heureux de vous inviter au mariage de leur fille Apolline et de son fiancé Adam à la Cathédrale de Monaco. La cérémonie religieuse sera suivie par un vin d’honneur à 17 h puis par la combustion spontanée de la mariée et son enterrement. » N’ayant aucune confiance dans le travail de la police, le père de la mariée, Hippolyte Bartoli, fait appel au service de deux enquêteurs connus pour résoudre discrètement les affaires les plus étranges. Or le mystère a de quoi alimenter leurs investigations : autant de meurtres inexpliqués que de suspects, des agents secrets étonnement visibles et, plus que tout, une paire d’escarpins reçus par livreur, baptisés « l’arme du crime ». Et si la solution se cachait là où on s’y attend le moins : sous la voile de la mariée…

La Marque rouge, de Ruberto Sanquer (YA)

C’est une nouvelle année scolaire qui commence pour nos jeunes sorcières. La malédiction de L’Aura noire a été vaincue, mais le Démon a non seulement ravagé la moitié de la Cité des sorcières, mais aussi lâché une bombe à retardement : un nuage invisible de particules de mal absolu sur la Citadelle. Lorsque la pandémie se déclenche, la population se transforme en « Yeux Rouges » : des cannibales avides de chair humaine. Les sorcières et les sorciers doivent s’enfermer sous des Dômes de Lumière pour se protéger des Yeux Rouges. Leur destin repose sur Louyse, Sentinelle chargée de protéger la Lumière de ce monde qui commence à chanceler sous les forces du mal…

Susto, de Luvan

Sur l’île de Ross, aux confins de l’Antarctique et à une date indéterminée, le volcan Erebus couve la ville de Susto, métropole mythique à la population cosmopolite, fourmilière de colons, de mineurs, de triades, de minutemen et d’enfants perdus. Cité en éventail scindée par des murs jadis protecteurs, mais devenus instruments d’oppression, Susto est le théâtre des soubresauts des derniers représentants d’une humanité aux abois. Les sustoïtes tentent de s’y bâtir une existence, grondent à l’unisson, résistent, se repoussent et s’attirent au cœur de cette Pompéi australe.

Des milliards de tapis de cheveux, d’Andreas Eschbach

Nœud après nœud, jour après jour, toute une vie durant, ses mains répétaient les mêmes gestes, nouant et renouant sans cesse les fins cheveux, comme son père et le père de son père l’avaient fait avant lui…

Les chroniques de DragonLance,
de Tracy Hickman et Margaret Weis

Ils sont huit, des compagnons d’infortune aux chemins différents et aux lourds secrets, guidés par la porteuse de cristal qui les entraîne dans le danger et les ténèbres, bouleversant à tout jamais leur vie et le destin du monde. Personne n’imaginait qu’ils deviendraient des héros… eux moins que quiconque.

Graphics

La balade de Yaya, de Jean-Marie Omont et Golo Zhao

Chine 1937.
Les Japonais entrent dans Shanghai et poussent à l’exode des milliers de Chinois et d’Occidentaux retranchés dans les concessions. Au coeur de ce chaos déclenché par les combats, deux enfants vont se lier d’amitié, alors que tout semblait les séparer : Yaya est la fille d’un riche commerçant chinois, et Tuduo est un gamin des rues.

Pupa, de Sayaka Mogi

Yume et Utsutsu sont frère et soeur. Après une enfance marquée par la violence de leur père, ils se sont retrouvés livrés à eux-mêmes. Un jour, en rentrant de l’école, une mystérieuse femme les somme sans explication de rentrer chez eux avant d’apercevoir des papillons rouges. Peu après, la fragile Yume se réveille au milieu de cadavres : elle est devenue un horrible monstre avide de chair fraiche. Utsutsu va alors découvrir qu’ils ont été exposés à un virus mortel et que le seul moyen de sauver celle qu’il aime tant est d’accepter l’impensable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :