Valérian ou la cité des mille critiques

Oui, ce n’est pas le plus grand film de Besson ni le plus grand film tout court. Oui, il manque certainement de beaucoup de choses y compris de dynamisme. Mais n’empêche que…il en jette un max ! (et encore plus quand vous avez la chance de le regarder en 3D et en immersion LightVibes)

Résumé

Valérian et Laureline sont deux agents galactiques envoyés par le ministre pour une mission top secret dans l’un des plus grands marchés intergalactiques s’étalant sur des centaines de niveaux à travers lesquels Valérian sera d’ailleurs précipité. Une fois leur mission accomplie les deux agents retournent sur Alpha la fameuse Cité au mille planètes sur laquelle des milliers d’espèces différentes cohabitent dans une symbiose parfaite.
Alertés par le Commander, ils finissent par enquêter sur une étrange émanation radioactive au centre d’Alpha menaçant l’ensemble de la population. Mais si tout ceci cachait plutôt un obscur passé dont l’armée ne serait pas fière ? Si c’était plutôt la toute dernière phase d’une extermination massive…

Mon avis

Visuellement, ce film est une vraie claque ! Il est autant inspiré de son premier « space opera » Le Cinquième Élément dont on retrouve de très nombreuses scènes que d’Avatar de James Cameron qui l’avait d’ailleurs invité lors de son propre tournage. Les Pearls ressemblent à s’y méprendre à des Naviis et la course-poursuite de Valérian dans la cité est très similaire à celle de Leeloo… ce qui tombe sous le sens puisque Jean-Claude Mézières, dessinateur de la bande dessinée Valérian & Laureline, est aussi le dessinateur de certains storyboards du Cinquième Élément ! Les effets visuels sont absolument sublimes, les couleurs pop et décadentes, l’univers immersif et décalé. Luc Besson titille donc parfaitement les blockbusters américains avec un studio indépendant sans toutefois enregistrer les mêmes démarrages (puisque l’on connaît désormais le flop qu’il a fait à sa sortie aux USA).

dailymotion

J’ai été moins convaincue par le jeu des acteurs que j’ai eu par moment du mal à suivre, surtout dans la relation Laureline / Valérian. Malgré tout, Clara Delevingne, qui n’est pas actrice à la base, a su parfaitement défendre son personnage démontrant des qualités indéniables de jeu aux moments opportuns et interprétant de manière plutôt réussie le rôle de l’agent badass qui ne se laisse pas mener par le bout du nez. Sa voix française, plutôt froide et impersonnelle, avec ce grain particulier que possède Soko, rend plutôt justice à l’héroïne originelle qui avait, avant tout, la tête sur les épaules ! C’est finalement le personnage de Valérian que j’ai trouvé très surfait voire même « adolescent » à certains moments ce qui m’a valu quelques gloussements dépités en plein milieu de séance.

Le scénario, quant à lui, ne casse pas non plus trois pattes à un canard et j’ai compris quasiment dès la première apparition du « méchant » que c’était lui le grand Dark Vador de l’histoire. On savait dors et déjà comment tout cela allait se finir et il n’y avait pas vraiment de surprise ni de saut scénaristique. Même la partie de « qui sauve qui » entre Lauréline et Valérian me paraissait presque rajoutée pour faire durer le film plus longtemps… Mais je ne me suis pas ennuyée, c’est le plus important non ?

Pour conclure

Un film aux visuels remarquables, qui viserait presque la première place des plus belles images jamais réalisées, si Avatar n’avait pas déjà vu le jour. Les nombreux clins d’oeil et les dialogues bon enfants des acteurs en font à la fois quelque chose de décalé et amusant sans pour autant en faire un film profond et spectaculaire comme le laissaient suggérer pourtant certains passages.
Un bon petit space opera familial qui se forgera, peut-être, le même chemin que le Cinquième Élément très critiqué lors de sa sortie !

faispasgenre.com

APPARTÉ : Valérian et le féminisme…
Cette partie peut contenir quelques spoilers, vous êtes prévenus
(ils sont vraiment très légers cependant…) !

Du coup je suis un peu chieuse sur les bords mais comme c’est mon blog bah je vais défendre ce pauvre Besson…et son film ! ^^’ (pas taper !)
Je ne nierai pas que Valérian est un gros lourd ça serait un peu gros quand même mais je ne dirai pas que c’est un film anti-féministe…bien au contraire !

Besson a toujours eu une réputation, de réalisateur féministe, la plupart de ses films les plus connus sont d’ailleurs portés par des femmes : Lucy, Adèle Blanc-sec, Leeloo dans le 5e élément, Nikita et ce sont toutes des femmes fortes, indépendantes, complètement badass et même dans les seconds rôles les femmes ont toujours un quelque chose de fort Séréna (Séléna ? je ne sais plus…) dans les Minimoys, la femme et la fille dans Malavita qui finissent quand même par buter beaucoup de monde… Bref. (et dire que Leeloo est à moitié à poil donc ça ferait du 5e élément un film misogyne serait tout de même une grosse erreur …mmh…) (re) Bref.

Laureline correspond assez bien au personnage, sachant que la bande dessinée dont est issue ce film n’est pas la première, du coup la relation entre les personnages n’est pas tout à fait assise mais personnellement (et en tant que fille, parce que oui j’en suis une !) je l’ai trouvée assez fidèle. Elle le fait courir depuis déjà un bon moment (et c’est aussi le cas dans les bd si je me souviens bien…) et si vraiment Valérian était misogyne il lui demanderait tout simplement de la fermer quand elle l’envoie balader. Je choque ? Non pas vraiment, il est Major, elle Sergent c’est la dure vie du militarisme (c’est aussi pour cela qu’à chaque fois qu’une personne haut gradée parle, elle parle à Valérian et non à Laureline).

Vient ensuite Bubble interprétée par Rihanna. Pourquoi ne fait-elle pas autre chose alors qu’elle peut être n’importe qui ? Parce qu’elle est seule ici et qu’elle n’a pas de titre de séjour d’après ce que j’ai compris. Et ce n’est pas un strip-tease… mais de la pole dance / cabaret tout au plus… et c’est elle qui leur permet de s’enfuir et qui finit par mourir sous les coups ! (si ça c’est pas du courage !)

La princesse Müll un personnage peu important ? Qui se pâme devant un beau garçon ? Dois-je rappeler que ledit garçon se pâme aussi devant elle ? et qu’il se fait même rappeler à l’ordre par ses coéquipiers ? Dois-je rappeler aussi que c’est grâce à elle si son peuple survit ?
Quant à la reine elle semble avoir un rôle très important dans la société des Pearls d’ailleurs dans les premières scènes quand elle choisit la perle c’est le roi qui a un rôle minime relégué au service de la reine…Et chez ce peuple c’est autant les femmes que les hommes qui sont des guerriers !

Alors voilà, peut-être que ça n’enlève pas le caractère assez agaçant de Valérian, peut-être que ça n’enlève pas le drôle de sentiment à la fin du film que leur relation s’est jouée tout de même très rapidement, mais je trouve tout de même que ces éléments méritent autant d’être soulignés par des femmes que les éléments dits « misogynes » et « machistes ».

Peace.

ecranlarge.com

Oui oui c’est un salut vulcaïn ! (star trek ever…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :