Celui qui tombe et l’équilibre du monde

Conception, mise en scène et scénographie de Yoann Bourgeois, Assisté de Marie Fonte. Avec Mathieu Bleton, Julien Cramillet, Marie Fonte, Dimitri Jourde ou Jean Baptiste André, Elise Legros et Vania Vaneau ou Francesca Zivjanni.
Plus d’informations sur : http://www.legrandr.com/?celui-qui-tombe

J’ai vu cette représentation circassienne au Grand R, une scène nationale située à La Roche-sur-Yon, le 19 novembre 2015 à 20h30. Si vous allez sur le site internet du Grand R dont le lien est mentionné plus haut, et que vous lancez la vidéo, vous entendrez ceci « c’est une petite humanité qui essaye simplement de tenir debout ». Des mots simples, énoncés simplement mais qui décrit si bien Celui qui tombe.

Pour vous donner une idée visuelle et auditive, imaginez un plateau en bois, assez grand et assez lourd pour que, en tenant sur un socle circulaire, ses extrémités s’inclinent légèrement vers le sol. Le bois est clair, solide, mais on l’entend craquer. Six personnes sont debout sur ce plateau de six mètres par six et semblent perdues, comme si elles ignoraient comment elles étaient arrivées là. Souvent, leur regard se pose sur nous, spectateurs, et tous nous interpellent d’une manière différente : peur, envie, inquiétude, incompréhension… Puis, le plateau se met lentement à tourner, et ces six personnes se mettent à courir, donnant de la vitesse à ce plateau, sous l’impulsion d’une musique électronique remarquable. On entend les pas, on entend les halètements, on entend le bois qui continue de craquer.
S’ensuit alors un remarquable jeu d’entraide. Si le plateau s’incline trop d’un côté, tous courent dans l’autre sens pour le stabiliser. Et les voilà, qui, deux par deux, s’inclinent face à la force centrifuge, les corps synchronisés et comme maintenus par des fils invisibles.

FranceTV.info

Chacun peut y aller de sa propre interprétation, j’en ai vu plusieurs : la lutte des corps contre le temps, contre les événements inéluctables (d’aucun appellerait cela la loi de Murphy) qui nous pourchassent, mais aussi la lutte ensemble face aux horreurs qui peuvent nous assaillir. Le tableau aurait pu être moins sombre si cette représentation n’avait pas eu lieu seulement six jours après les événements du Bataclan du 13 novembre 2015.

Le plateau se fait tantôt traître, tantôt conciliant, jouant inlassablement avec ses petites marionnettes. Il craque, bascule, se met à l’horizontal, à la vertical, laisse s’échapper quelques personnes, en garde d’autres. Il se présente à la fois comme la cage et la sortie, comme le bâton et la caresse.

Vaut-il mieux rester tous ensemble, unis, sur ce plateau, ou quelques uns sur le sol ? Et on sent ces personnages, tout comme nous, désorientés par ces décisions, incapables de choisir. Finalement, les voilà tous suspendus au plateau, à ne pas vouloir le lâcher, suspendu dans le vide, les bras horriblement tendus pour ne pas tomber.
Certains pourront voir dans cette œuvre autant une pensée philosophique qu’artistique, d’autres repartiront l’esprit vidé de toute énergie, et d’autres encore s’interrogeront. Qu’est ce que l’artiste a bien pu vouloir nous montrer ? Qu’est ce qu’il tente de nous dire ? Qu’est ce que l’on doit faire ? Faut-il seulement répondre à ces questions ?

Je l’ai pris comme une leçon de vie avec les larmes aux yeux. L’unité, qu’elle soit voulue ou non, reste toujours la meilleure solution. Aussi lorsqu’ils tombaient, je tombais, lorsqu’ils s’interrogeaient, je m’interrogeais, lorsqu’ils sautaient, je sautais. Ils étaient autant eux que nous, et j’étais autant eux que moi. Tant et si bien que, lorsque tous tombèrent et que le silence commença à s’installer, les applaudissements retentirent à tout rompre pour féliciter ces circassiens qui avaient laissé en chacun une belle expérience…et une sacrée tension ! (Attendre que des personnes tombent vous met toujours dans un drôle d’état).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :