Library Jumpers : un roman sur une passionnée de lecture…

Résumé

« Fervente lectrice, passionnée d’escrime, Gianna a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l’Anathaeum, l’une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d’un mystérieux jeune homme.
L’inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des « Plus belles bibliothèques du monde ». Lorsque Gia s’approche à son tour de l’ouvrage, elle se retrouve transportée de l’autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson…
La jeune fille vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage : une poignée de bibliothèques anciennes mène en effet vers un monde où magiciens, sorcières et créatures surnaturelles s’affrontent depuis des siècles pour éviter que le peuple des hommes ne découvre leur existence. Gia apprend qu’elle est l’une des Sentinelles chargées de protéger cette société secrète. Pire encore, qu’elle est la fille de deux de ces guerriers d’exception – une union interdite – et que sa naissance n’est autre que le présage de la fin du monde. Une malédiction qui lui interdit absolument de se rapprocher d’Arik, l’inconnu aux yeux noirs de l’Anathaeum… »

Mon avis

Bon… Pas besoin de vous faire un résumé étant donné la taille de celui-ci.

Gianna est une héroïne comme on en voit tant d’autres, avec des notes excellentes, deux meilleurs amis géniaux, qui porte toujours une queue de cheval et qui ne se balade jamais sans son parapluie rouge qu’elle tient de sa mère. Une fille simple dans un univers simple et qui, mis à part le fait qu’elle soit orpheline (elle vit avec son beau père), ne semble pas avoir trop de problèmes. En visitant l’Anathaeum elle tombe par hasard sur un mystérieux jeune homme et tombe amoureuse de lui au premier regard. Plus tard elle le voit comme par hasard, se volatiliser sous ses yeux, et, comme par hasard, il y a une phrase écrite dans le livre qu’il tenait, en italien, qui permet de voyager dans l’espace-temps.
Bon.
La répétition de l’expression « par hasard » vous met sans doute déjà la puce à l’oreille sur mon avis sur ce livre.

Une fois arrivée de l’autre côté avec ses deux meilleurs amis, elle se fait sauver par le beau ténébreux Arik, chef de son escouade, et tout le monde, dès le départ, cherche à la protéger. Tout le long du livre il se passe exactement la même chose mais le plus extraordinaire c’est qu’elle découvre des pouvoirs hors normes totalement par hasard.
Pourtant le scénario n’était pas mauvais : une jeune fille née de deux parents extra, se retrouve avec des pouvoirs qu’elle ne comprend pas dans un monde qui lui est étranger et en plus se trouve être l’enfant de l’Apocalypse. Cela manque juste de relief. Ou alors, je n’aurais tout simplement pas dû le lire après Half Bad.

Dans tous les cas une chose me chiffonne c’est : pourquoi ne peut-elle pas être avec Arik ? En effet, comme cela est dit dans le résumé et dans le roman, elle EST l’enfant de l’Apocalypse. Ce que tout le monde craignait c’est déjà produit : deux sentinelles ont eu un enfant il n’y a donc plus aucun risque ! Parlons-en d’ailleurs de cette histoire d’Apocalypse : ils en parlent uniquement à deux ou trois reprises. Mais avouez quand même que ça reste minime, elle doit déclencher la fin du monde (ou le réparer hein, n’oublions pas tout de même) et tout le monde s’en contrefiche. Elle a également des visions d’événements qui se seraient produits ultérieurement mais on y fait que très rarement allusion en dehors de son point de vue.

Sans parler de sa sphère de vérité. Très utile mais un peu trop facile. Qui n’a jamais rêvé de pouvoir voir ce que les autres font dans leur dos ? Ce qu’ils cachent ? Peut-on leur faire confiance ? L’idée de découvrir les secrets par un quelconque procédé magique est très utilisée dans les romans de fantasy; on leur donne alors des noms d’inquisiteurs ou autres et ils fouillent dans l’esprit des personnes pour trouver ce qu’ils cherchent, cela demande souvent un gros effort ou est utilisé sous forme de châtiment, ou encore pour inculper ou disculper quelqu’un. Non, là, elle a juste besoin d’une goutte de sang – goutte de sang qu’ils donnent pour la plupart sans problème – et de demander à sa sphère magique si elle peut faire confiance à telle ou telle personne.

Le mot de la fin

Je trouve ce roman très (voir trop) flou, il manque d’éclaircissements sur certains points, et ne complique pas assez la tâche à son héroïne qui arrive à traverser les épreuves sans trop de difficultés. Certains événements marquants ne sont malheureusement pas assez exploités et les personnages manquent de profondeur.

Malgré tout, cela reste un bon roman, qui se lit très bien. L’écriture est fluide, et les personnages attachants. Il faut cependant tout de suite s’accrocher pour ne pas se perdre en cours de route, et réussir à replacer tous les personnages assez rapidement dans leur contexte. L’histoire des sphères de pouvoir et des sauts dans le passé à travers la mémoire de personnes mortes ou disparues est également très intéressante et j’espère qu’on en apprendra davantage dans la suite de la saga.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :