Six of crows, ou comment s’introduire là où personne ne veut aller ?

KAZ BREKKER, dit « Dirtyhands », est le chef des « Six Of Crows », une équipe de malfrats aux talents exceptionnels: INEJ, espionne défiant les lois de la gravite; MATTHIAS, soldats assoiffé de vengeance; NINA, Grisha aux puissants pouvoirs magiques; WYLAN, fugueur des beaux quartiers, expert en démolition et enfin JASPER, tireur d’élite accro au jeu. Ensemble, ils peuvent sauver le monde de la destruction… S’ils ne s’entretuent pas avant!

Après Grisha (trilogie éditée chez Castlemore), Leigh Bardugo revient cette fois-ci avec un roman, Six of Crows, édité chez Milan. Je n’ai jamais lu aucun roman de cette auteure, à vrai dire c’est la couverture qui m’a réellement attirée dans un premier temps, le résumé ne me donnait d’ailleurs pas très envie.

Et bien, heureusement que j’écoute mes goûts esthétiques de temps en temps ! Je ne suis pas du tout déçue du voyage.

Six of Crows a un univers très sombre, où machinations, coups bas, et maisons closes s’entremêlent pour former un décor chargé d’ombre et de sang. Dès les premières descriptions on sent presque la sueur des personnages, tous leur sens aux aguets pour éviter une quelconque arme surgie de l’obscurité. En réalité quand on plonge dans ce roman, on respire leur air vicié et les odeurs des égouts comme si on y était.

L’histoire en elle-même n’est d’ailleurs pas banale, -sans trop vous spoiler- puisque Kaz se retrouve à organiser une infiltration dans un endroit réputé inviolable, appâté par les gains à la clé, afin de sauver un savant avec toute une équipe rôdé aux rythmes des rues et aux machinations douteuses, et tout cela en maîtrisant les loyautés de chacun et la destruction du monde.

Au départ j’étais un peu déçue par Kaz, ce personnage énigmatique qui calculait chacun de ses coups sans prévenir personne, un peu trop impersonnel à mon goût. Mais au fur et à mesure on se prend au jeu de ce grand manipulateur, on se laisse devenir un pion dans son grand échiquier.

L’auteure nous perd un tout petit peu au début puisqu’elle rentre directement dans le vif du sujet et a un univers bien posé. Cependant ne vous arrêtez pas là, continuez à tourner les pages et suivez Kaz dans cette aventure. Le jeu en vaut la chandelle.

Le mot de la fin

Un univers un peu steampunk, des personnages décalés, une mission suicide, que demander de plus?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :