Kushiel, premier tome d’une série coup de coeur

Kushiel est le premier tome d’une trilogie aussi épique que sensuel qui mêle à la perfection le genre de l’héroic fantasy à celui de la romance. Mais ce qui m’a le plus impressionnée c’est bien le style de l’autrice… 

Résumé

Phèdre nó Delaunay a été vendue par sa mère alors qu’elle n’était qu’une enfant. Habitant désormais la demeure d’un haut personnage de la noblesse, pour le moins énigmatique, elle y apprend l’histoire, la théologie, la politique et les langues étrangères, mais surtout… les arts du plaisir.
Car elle possède un don unique, cruel et magnifique, faisant d’elle une espionne précieuse et la plus convoitée des courtisanes. Rien ne paraît pourtant lui promettre un destin héroïque. Or, lorsqu’elle découvre par hasard le complot qui pèse sur sa patrie, Terre d’Ange, elle n’a d’autre choix que de passer à l’action. Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d’embûches, qu’il lui faudra mener jusqu’au bout pour sauver son peuple.

Mon avis 

Cette saga fait sans conteste partie du top 3 de mes séries fantasy, il y a tout dedans : un univers hors du commun basé sur des croyances actuelles, une carte figurant en début de roman (parce qu’on peut se le dire, quand il n’y a aucune carte dans une saga fantasy, difficile de se repérer !), une héroïne à qui il arrive des tas d’ennuis bien plus graves que dans la plupart des sagas et qui réussit toujours à se relever et des compagnons de voyage avec chacun leur caractère bien trempé.

En ouvrant les premières pages on fait déjà face à l’écriture de Jacqueline Carey dont voici un extrait (chapitre 1, première page) :

N’ allez surtout pas croire que je suis une fille de rien, le fruit illégitime des dévergondages d’un paysan lubrique, vendue à une maison un jour de disette. Sachez que j’appartiens à une haute lignée par la naissance et que j’ai été élevée au sein de la Cour de nuit – pour le bien que cela m’a apporté…
Je n’en veux pas vraiment à mes parents, mais j’avoue que leur naïveté me fait parfois envie. À ma naissance, personne ne les a avertis que le nom Phèdre qu’ils m’avaient choisi était marqué du sceau de la fatalité. Ils ignoraient tout à la fois qu’il vient des terres hellènes et qu’il est porteur de malédiction.
Lorsque je suis venue au monde, j’imagine qu’ils avaient encore des raisons d’espérer. Nul n’aurait su dire alors quelle était la teinte de mes yeux à peine ouverts, d’autant que l’apparence d’un nouveau-né change tout le temps, chaque jour différente. Les petites mèches blondes deviennent des boucles de jais, le teint de porcelaine prend des reflets d’ambre; ainsi vont les choses. Dans mon cas pourtant, une fois ces changements achevés, l’évidence devint criante.

J’avais un défaut.

Elle a une façon de raconter les choses… je ne sais pas si cet extrait est très probant, mais je ne veux en aucun cas vous enlever un quelconque suspense ou vous dévoiler le reste de l’histoire. Je disais donc qu’elle a une façon de raconter les choses, à la fois en vous prenant à partie mais aussi avec poésie. Dans cet extrait on a l’étrange sensation d’être son journal intime, ou bien qu’elle serait là, assise en face de nous dans son beau manteau rouge sangoire et qu’elle nous raconterait ce qu’elle a vécu dans cet autre monde. Elle donne vie à Phèdre.

Phèdre est d’ailleurs un personnage unique en son genre. Si désormais on voit pas mal d’héroïnes dans les romans SF ou de Fantasy, elles ont souvent un petit quelque chose de garçon manqué ou en tout cas de ce que l’on qualifie de tel. Phèdre est différente : elle est l’incarnation même de la féminité, de la séduction et du plaisir. Et tout le long du roman elle en jouera !

Attention cependant. Comme vous avez pu le lire dans le résumé, le don de Phèdre est d’éprouver du plaisir dans la souffrance, âmes sensibles s’abstenir ! De nombreuses scènes comprenant des rapports sexuels violents (ou non) apparaissent dans le roman, elles en font partie intégrantes, n’espérez pas pouvoir lire le roman et sauter ces passages, c’est souvent dans ces moments là qu’elle obtient le plus d’informations.

Cependant le gros plus que j’ai trouvé à cette saga (puisque j’ai lu les trois tomes) est le rapport qui est fait entre notre monde et celui de Phèdre. En effet il n’est pas question dans notre société de se vouer à un dieu qui apprécierait qu’on éprouve du « plaisir dans la souffrance » MAIS se vouer à un dieu par amour, ça, bon nombre de religions le demandent. Et dans cette théologie romanesque bien proche de la nôtre (très gros rapport entre Elua et le Messie de la religion chrétienne), l’auteure s’amuse beaucoup à y entremêler nos croyances.

De plus, Phèdre rencontrera sur son chemin divers personnages que l’on peut rapprocher de l’Histoire du monde comme son ami Hyacinthe surnommé le prince des voyageurs et appartenant aux peuples des Tzinganos (Tziganes?), les Pictiis (pictes?) ou encore les Skaldiques qui nous font curieusement penser aux Vikings (même leurs dieux ont des noms similaires).

D’une certaine manière, on pourrait croire à un roman historique : une carte, une théologie, des royaumes, des machineries politiques, des complots dont chaque événement, chaque personnage fait partie d’un vaste puzzle.
Un puzzle dont on ne comprend la globalité qu’au fur et à mesure, en même temps que Phèdre.

Le mot de la fin

C’est une des seules sagas fantasy qui réalise un sans faute tant au niveau du scénario, du personnage principal que du background. Chaque élément semble être à sa place, parfaitement maîtrisé. La note d’érotisme qui parcourt de bout en bout le roman n’est également pas pour me déplaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :